L'architecte Rudy Ricciotti  à l'inauguration de la médiathèque de Valence qu'il a conçue dans une ancienne caserne militaire à Valence le 26 Janvier 2021. ©AFP - Nicolas Guyonnet / Hans Lucas
L'architecte Rudy Ricciotti à l'inauguration de la médiathèque de Valence qu'il a conçue dans une ancienne caserne militaire à Valence le 26 Janvier 2021. ©AFP - Nicolas Guyonnet / Hans Lucas
L'architecte Rudy Ricciotti à l'inauguration de la médiathèque de Valence qu'il a conçue dans une ancienne caserne militaire à Valence le 26 Janvier 2021. ©AFP - Nicolas Guyonnet / Hans Lucas
Publicité
Résumé

Architecte du Mucem à Marseille, du Pavillon noir d’Aix en Provence, ou encore du camp de Rivesaltes, c’est aussi un homme de mots. "Le beau, le brut et les truands", passionnant dialogue avec Paul Chemetov, doyen de l’architecture contemporaine, vient de paraitre. Rudy Ricciotti est l'invité d'Augustin Trapenard.

avec :

Rudy Ricciotti (Architecte).

En savoir plus

Homme de matériaux et de mots, de livres en livres, de bâtiments et bâtiments, il construit une vision singulière de l'architecture. Le beau, le brut et les truands, passionnant dialogue avec Paul Chemetov, doyen de l’architecture contemporaine, vient de paraitre chez textuel. L’occasion de revenir sur une vision, un vocabulaire et une vie dédiée à la construction. On parle de beauté, mais aussi de béton et de littérature. Rudy Ricciotti est dans Boomerang. 

Extraits de l'entretien

"Aujourd'hui, c'est l'encéphalogramme plat en terme esthétique ! La beauté disparaît parce qu'elle est suspecte d'être une tribune bourgeoise. Or pour moi, la beauté c'est l'obsession de la dignité, qui nous force à évacuer le banal"

Publicité

"Il y a une noblesse sociale qui accompagne le béton. D'abord parce qu'il y a l'intelligence mathématique de tous les ingénieurs qui le conçoivent, et aussi parce que le béton repose sur la cohésion sociale d'une chaîne de production courte"

"La beauté d'un bâtiment réside dans la nécessité du récit qui le porte et développe sa perception poétique.Ce récit poétique qui accompagne l'ouvrage est conditionné par l'effort.D'où l'effondrement de l'escroquerie qu'est le minimalisme"

"J'aime les mots, je crois qu'il faut s'en servir. Le déficit des mots lorsqu'on abandonne leur frontalité est très pénible. Il faut désirer les mots ! Moi j'aimerais me bourrer la gueule avec des écrivains comme Léon Bloy et Barbey d'Aurevilly !"

"L'architecture est un langage ! Or aujourd'hui des pans entiers de l'architecture ne sont que des architectures code-barre, des dépendances technologiques sans récit, sans énergie, sans mots"

"La mer a un horizon métaphysique. Je suis persuadé qu'elle complote contre nous. J'ai toujours vécu en bord de mer, depuis enfant, mais j'ai pris l'habitude de me méfier de cet horizon, qui nous parle de beauté mais aussi d'anxiété et de menace"

"Je culpabilise terriblement. Aujourd'hui j'ai un certain statut, je reçois des prix, mais je me sens coupable de quelque chose sans savoir quoi…Je me dis que j'ai peut être été un escroc, que je n'ai pas donné assez, que j'ai piraté les autres"

Carte blanche

Pour sa carte blanche Rudy Ricciotti a choisi de lire un poème de Myriam Boisaubert. 

Programmation musicale

  • JIMI HENDRIX – CASTLES MADE OF SAND
  • BONI BANANE - Cha-Cha-Cha
Références

Programmation musicale

  • 09h37
    Cha-cha-cha
    Cha-cha-cha
    Bonnie Banane
    Cha-cha-cha
    Album Sexy planet (2021)
    Label PECHE MIGNON / GRAND MUSIQUE MANAGEMENT

L'équipe

Augustin Trapenard
Augustin Trapenard
Anouk Roche
Collaboration
Lola Costantini
Réalisation
Perrine Malinge
Coordination
Léonard Billot
Journaliste
Pierre Daymé
Journaliste