La couleur des choses - Couv. Ed. Cà et là
La couleur des choses - Couv. Ed. Cà et là - Martin Panchaud
La couleur des choses - Couv. Ed. Cà et là - Martin Panchaud
La couleur des choses - Couv. Ed. Cà et là - Martin Panchaud
Publicité

Un rond pour chaque personnage, pas de cases ni de bulles, Martin Panchaud livre une BD surprenante qui n'est pas sans rappeler le maître dans l'art de la déconstruction de la BD : Chris Ware.

Simon n'a pas chance. Son père boit, joue et reproche à sa mère de le gaver, car Simon est gros. Dans le parc à côté, des petites frappes se jouent de lui : "On a une idée pour se faire du fric mais on a besoin de toi." Simon est un gamin gentil. Il ne sait pas dire non. Livrer les course de Winney McMurphy la voyante, il peut faire. Mais elle aussi se joue de lui. Au lieu de le payer, elle lui tire les cartes : "Je vois, je vois, la fortune." Il y croit, parie sur une course de chevaux, il faut bien payer les voyous.

La couleur des choses Planche Ed. Cà et là
La couleur des choses Planche Ed. Cà et là
- Martin Panchaud

Tout bascule quand il décroche le jackpot. 16 millions de la livres. La voyante avait vu juste. Simon a fait fortune ! Mais, parce qu'il en faut toujours un dans ce genre d'histoire, pour retirer l'argent, il lui faut l'aide de son père. La suite est une succession d'aventures et de galères pour Simon. Son père bat sa mère qui tombe dans le coma, prend le ticket de Simon et s'enfuit. Le gamin finit placé dans un foyer. Entre les flics fainéants qui ne l'écoutent pas et qui ne lui proposent que du coca, un inconnu qui vient au chevet de sa mère, ce père cupide et les petites frappes qui réclament leur dû, définitivement, Simon n'a pas de chance.

Publicité

Une couleur des choses pas comme les autres

Un ado paumé, une famille dysfonctionnelle, l'histoire peut paraître banale. Ce qui en fait la subtilité, c'est dans l'expérience de lecture que vous propose Martin Panchaud. Pas de planche avec des cases, il place le lecteur façon drone, comme si vous étiez à plusieurs mètres de hauteur. Les personnages sont des ronds. Une seule couleur pour chacun. Simon est en marron, son père en vert, sa mère en bleu. Pas de bulles non plus. C'est un segment qui relie les cercles aux dialogues qui y sont associés. Offrir cette hauteur de vue permet de prendre de la distance. Qui sait comment on réceptionnerait l'histoire si nous la lisions accompagné d'un dessin réaliste ?

La couleur des choses Planche Ed. Cà et là
La couleur des choses Planche Ed. Cà et là
- Martin Panchaud

Est-ce à dire que cette BD singulière est plus difficile à lire, moins divertissante si l'on veut jouer du cliché que véhicule encore le 9ème art ? Clairement non. La Couleur de choses se lit comme les autres. Les codes sont juste différents. Dans le cinéma vous avez les blockbusters américains et Godard. La BD c'est pareil. C'est un art protéiforme. Le travail de Martin Panchaud rappelle celui de Chris Ware, grand prix d'Angoulême cette année, dont les planches sont encore visibles quelques jours à la BPI (bibliothèque) de Beaubourg à Paris. Chris Ware, c'est le maître de la déconstruction, le chercheur absolu du 9ème art.

La couleur des choses Planche Ed. Cà et là
La couleur des choses Planche Ed. Cà et là
- Martin Panchaud

Extrait d'un entretien en 2012 à la MSBC : "La BD est un médium qui permet une connexion directe entre le lecteur et l'artiste. On se blâme très facilement de son ignorance de l'art dans un musée. Si vous ne comprenez pas une peinture, vous pensez simplement que vous ne connaissez pas grand chose à l'histoire de l'art. Mais si vous ne comprenez pas une BD, vous supposez que c'est l'auteur qui est idiot !"

Les auteurs à la recherche d'une autre forme de narration

Martin Panchaud n'est pas le nouveau Chris Ware. Mais dans l'univers de la BD... il tranche et il n'est pas le seul à explorer d'autres formes de narration. Ainsi Nina Bunjevac et sa Réparation chez Martin de Halleux.

La Réparation - Couv. Ed. Martin de Halleux
La Réparation - Couv. Ed. Martin de Halleux
- Nina Bunjevac

Récit silencieux, noir et blanc. Une femme, une photo, une tâche d'encre sur une page blanche qui grandit, qui devient une sorte de trou de serrure par lequel vous découvrez la violence d'un couple et une fillette au milieu. Comment réparer quand on a détruit l'innocence ?

La Réparation - Planche Ed.Martin de Halleux
La Réparation - Planche Ed.Martin de Halleux
- Nina Bunjevac

Autre explorateur récent, Zéphir et sa Mécanique des vides chez Futuropolis.

La mécanique des vides - Couv. Ed. Futuropolis
La mécanique des vides - Couv. Ed. Futuropolis
- Zéphir

Un homme nu dans les antres de la terre, relié par un cordon ombilical à la surface. Quand il sort, le monde n'est plus. Lui, ne sait pas qu'il est : "Mon visage ne m'évoque rien." Sa rencontre avec une mère et sa fille qui l'embarquent sur une barque volante, à la recherche de ses mots à lui qui lui échappent, va l'amener dans différents univers. La mécanique des vides se nourrit de contes, de poésies, à travers un dessin sous forme de peintures. C'est philosophique, surréaliste : " Tu as remarqué ? C'est drôle. On croit que c'est nous qui regardons le paysage alors que c'est lui qui nous observe." Une expérience de lecture, comme pour La Couleur des choses.

Ma mécanique des vides - Planche Ed. Futuropolis
Ma mécanique des vides - Planche Ed. Futuropolis
- Zéphir

La Couleur des choses chez Cà et là.