L'éveil du sexe sacré ©Getty - Larry Washburn
L'éveil du sexe sacré ©Getty - Larry Washburn
L'éveil du sexe sacré ©Getty - Larry Washburn
Publicité
Résumé

Notre culture a longtemps opposé les plaisirs de la chair et les plaisirs de l’âme. Si ça change aujourd'hui, Maïa se demande toutefois pourquoi ce sens sacré du sexe sacré reste essentiellement conçu par des femmes. En quoi elle pourrait révéler ce dont manque certaines femmes en matière de sexe ?

En savoir plus

Quantité de livres, de comptes Instagram, d’ateliers de développement personnel, nous invitent à atteindre l’éveil spirituel par la sexualité. La promesse est alléchante, pour deux raisons : 

La première, c’est qu’on nous promet des jouissances plus jouissives

Publicité

La deuxième, c’est qu’on nous promet de nous débarrasser de la culpabilité, de la peur, du péché de chair - bref non seulement on va prendre du plaisir, mais on aura LE DROIT (peut-être même le devoir) de prendre ce plaisir - pas trop tôt ! 

Alors quelle forme prend cette promesse ? 

Des ateliers gratuits ? De la transmission entre amis ? Des techniques validées par la science, peut-être ? Que nenni. 

La sexualité sacrée, c’est essentiellement une niche marketing en forme de cour des miracles

On y découvre son féminin sacré en s’insérant des cristaux dans le vagin, on y fait des automassages des aisselles (je n’invente pas), on y reprogramme des cailloux, et quand on a bien aligné son yin, eh bien on nettoie ses conditionnements grâce à des exercices d’ancrage, afin de consoler la petite fille en soi (tous ces exemples sont tirés de vrais livres publiés sur du vrai papier). 

Franchement, c’est de bonne guerre. On ne peut pas à la fois vanter le détachement des valeurs matérielles, et faire chauffer la planche à billets - ça ne fonctionne pas. Et si je me moque, c’est gentiment, parce que bien sûr que le sexe peut nous apprendre des choses sur nous-mêmes. 

Bien sûr que la jouissance est un état modifié de conscience. Bien sûr que consacrer du temps et de l’attention à l’érotisme va nous faire prendre plus de plaisir, d’ailleurs ça, c’est prouvé par des études scientifiques : 

L’exercice de la pleine conscience augmente la satisfaction sexuelle des femmes

Du coup, si Guillemette a envie de brosser son féminin sacré dans le sens du poil, eh bien tant mieux. Il y a quelques pratiques dangereuses pour le vagin, comme les bains de vapeur ou les remèdes de grand-mère à base de décoctions d’ail ou de yaourt… mais finalement, si on ne confie pas son bon sens à son ange-gardien, la sexualité sacrée ne fait de mal à personne. 

Quant à la sexualité sacrée des hommes ?

Par contre, il y a quand même une grosse anguille sous roche : où sont les hommes dans ce domaine ? Parce que traditionnellement, la sexualité sacrée, elle est pour tout le monde… mais aujourd’hui, les contenus sont conçus par des femmes, pour des femmes… et ça, ça devrait nous interpeller.

J’ai plusieurs éléments de réponse, et spoiler alerte : ils sont tous déprimants. 

  • Première option : les hommes n’ont aucun intérêt pour la spiritualité, parce qu’ils n’ont pas d’âme. C’est une possibilité. 
  • Deuxième option : la sexualité des hommes est tellement satisfaisante qu’ils n’ont pas besoin de lui donner un sens - quand on est content, quand on atteint le nirvana à tous les coups, on n’a pas besoin de chercher midi à quatorze heures en maison quatre du sagittaire. 
  • Troisième option : les hommes ne croient pas à la sexualité spirituelle, parce que c’est du flan, et ils laissent ce genre de bêtises aux femmes - ah oui, je vous avais prévenu que ça serait déprimant. 

Un révélateur de ce qui manque aux femmes

Et ça devient encore plus déprimant quand on retourne la question : pourquoi les femmes, certaines femmes en tout cas, ont-elles besoin de sacraliser leur sexualité ? 

Eh bien, la réponse est évidente : c’est parce que leur sexualité n’est PAS sacrée - peut-être est-elle triviale, ou mondaine, ou grossière, je ne sais pas. Ce qui est sûr, c’est que quand vous commencez à considérer la spiritualité comme un révélateur de ce qui manque aux femmes, vous obtenez un portrait saisissant de notre époque. 

On peut faire l’exercice ensemble : si certaines femmes utilisent des fétiches pour augmenter leur plaisir, c’est parce que de base, le résultat est pas terrible. Si elles ont besoin de se connecter à leur DEESSE ou à leur FEMININ, c’est sans doute parce que leurs pratiques sexuelles sont vécues sur un mode MASCULIN. 

Si elles ont besoin de faire des exercices de massage, c’est parce qu’elles ne sont pas assez touchées ou caressées. Si elles prennent le temps de respirer ou de se concentrer, c’est parce que leur sexualité habituelle se passe à toute vitesse, sans réfléchir… Je pourrais multiplier les exemples. 

La volonté de réenchanter le sexe face au désenchantement érotique actuel

On peut régler cette frustration en réalignant ses chakras, effectivement. Mais on peut aussi redonner du sens au sexe par la politique, par l’éducation sexuelle, par des relations plus profondes, et par des pratiques moins sexistes. Toutes ces options sont d’ailleurs compatibles : avoir un cristal dans le vagin n’a jamais empêché de brandir un panneau lors d’une manif, de réfléchir… ou de secouer ses partenaires pour qu’ils fassent mieux l’amour.