Mauzé-sur-le-Mignon ©Radio France - Antoine Chao
Mauzé-sur-le-Mignon ©Radio France - Antoine Chao
Mauzé-sur-le-Mignon ©Radio France - Antoine Chao
Publicité
Résumé

Une histoire de méga-bassines, nouveau credo du modèle agro-industriel en temps de réchauffement climatique. Creuser et artificialiser les sols, pomper toujours plus d’eau dans les nappes phréatiques et les cours d'eau pour assouvir la soif des irrigants.

En savoir plus

Les irrigants sont les agriculteurs qui arrosent à outrance, quand la ressource en eau est fragile et limitée, pour l’exportation, la méthanisation, la culture intensive, plutôt que de nourrir la population sainement et localement. 

Non aux bassines
Non aux bassines
© Radio France - Antoine Chao

Pour défendre la main mise des gros agro-industriels qui cherche à accaparer la ressource en eau, les tracteurs paysans démarrent pour une action menée par les collectifs Bassines Non Merci, Les Soulèvements de la Terre" et le syndicat agricole Confédération Paysanne pour dénoncer la multiplication des projets de Méga-bassines  portés par la FNSEA qui organisait son congrès annuel à Niort cette semaine.

Publicité
Appel à converger
Appel à converger
© Radio France - Antoine Chao

Les Soulèvements de la Terre - Saison 2 - Acte 1 - 22 septembre : Manif-action contre les "méga-bassines », Niort, 12h, place de la Brèche.

Les méga-bassines sont de gigantesques cratères bâchés (entre 5 et 20  hectares). Elles sont présentées comme des "réserves de substitution" en  vue de stocker l'eau d'hiver pour arroser l'été, mais sont en fait  remplies directement en pompant la nappe phréatique. Ces infrastructures  ont un impact écologique majeur sur le territoire. Elles alimentent la  fuite en avant de l'agro-industrie, avec son cortège de monocultures de  maïs sur des sols stérilisés et de méthaniseurs géants. Les "bassines"  constituent un triple accaparement: des terres, de l'eau et de l'argent  public, puisque ce sont nos factures d'eau qui les financent pour le  profit de quelques coopératives agro-industrielles. La construction de  16 bassines est prévue par les pouvoirs publics. Ce chantier d'envergure  est le premier avant la généralisation du dispositif au territoire  national. Dans le Pays Niortais, les premiers coups de tractopelles  viennent d'être donnés.

Rage against the bassine
Rage against the bassine
© Radio France - Antoine Chao

Réalisation : Koi Nguyen

A lire

Mediapart par Amélie Poinssot : Dans les Deux-Sèvres, militants et monde paysan rassemblés contre les méga-bassines agricoles

"En parallèle du congrès de la FNSEA qui  se tient à Niort depuis mardi, les collectifs rassemblés par l’appel aux  Soulèvements de la Terre ont manifesté mercredi contre les projets  d’irrigation industrielle dans les Deux-Sèvres. Et ont bloqué les  travaux sur celui de Mauzé-sur-le-Mignon."
 

Reporterre par Laury-Anne Cholez : Mégabassines : bataille contre le « hold-up sur l’eau » de l’agriculture intensive

"Accompagnés de tracteurs ou de moutons, des centaines d’agriculteurs ont  dénoncé le 22 septembre le chantier de la première des seize « mégabassines »  prévues dans le Marais poitevin (Deux-Sèvres). Ces réserves d’eau,  selon eux, ne bénéficieront qu’à l’agriculture intensive et mettront en  péril une ressource déjà raréfiée par le changement climatique."

Libération par Pauline Moullot : Dans les Deux-Sèvres, les paysans s’affrontent dans une «guerre de l’eau»

En  Poitou-Charentes, seize réserves de substitution doivent être creusées  pour permettre aux agriculteurs d’irriguer leurs cultures, même en  période de restrictions. Mais, pour les exploitants agricoles et les  militants écologistes réunis dans le collectif Bassines non merci, ces  constructions entraîneront une privatisation de l’eau.

Reporterre  : Méthanisation : la fuite en avant de l’agro-industrie

A voir BNM TV

A écouter 

France Culture par Baptiste Muckensturm : Deux-Sèvres, l’agriculture entre eau et pesticides 

France Inter - Camille passe au vert par Camille Crosnier Des mégas bassines pour irriguer les champs

Références

L'équipe

Antoine Chao
Production