Stefan Zweig, en 1931
Stefan Zweig, en 1931
Stefan Zweig, en 1931 ©Getty -  Imagno
Stefan Zweig, en 1931 ©Getty - Imagno
Stefan Zweig, en 1931 ©Getty - Imagno
Publicité
Résumé

À la veille des élections européennes, ouvrons cet hymne à l'Europe que l'écrivain autrichien adresse aux générations futures. Ses Mémoires, publiées en 1943, sont autant l'occasion de parcourir l'idée qu'il s'est fait de l'Europe que de retracer, à travers son vécu, l'histoire de ces années sombres.

En savoir plus

"J'ai vu croître et se propager sous mes yeux les grandes idéologies de masse, le fascisme en Italie, le national-socialisme en Allemagne, le bolchevisme en Russie et, par-dessus tout, cette peste par excellence qu’est le nationalisme, qui a empoisonné la fleur de notre culture européenne. J’ai dû être le témoin impuissant et sans défense de l’inimaginable régression de l’humanité à un état de barbarie qu’on croyait oublié depuis longtemps. Aujourd’hui encore, nous sommes de nouveau à un tournant, une conclusion et un nouveau début. Mais si ce témoignage permet de sauver des décombres ne fût-ce qu’une parcelle de vérité, et de la transmettre ainsi à la génération qui nous suit, nous n’aurons pas œuvré en pure perte"

Ce regard lucide et sans concession est celui d’un grand écrivain de langue allemande : Stefan Zweig. Auteur de nouvelles comme Vingt-quatre heures de la vie d’une femme, ou encore de biographies de Balzac et Tolstoï, il aime se présenter en quelques mots : 

Publicité

Autrichien, juif, humaniste et pacifiste.

Stefan Zweig, Européen de cœur

  • Témoin de l'entre-deux-guerres

Il a 31 ans lorsque éclate la Première Guerre mondiale. Il partage alors les idées pacifistes d’un grand intellectuel français, Romain Rolland, dont l’article, Au-dessus de la mêlée, fait scandale à Paris. 

Dans l’entre-deux-guerres, Stefan Zweig est témoin de la grave crise économique qui ravage les pays vaincus, et qui prépare l’accession au pouvoir de Adolf Hitler.

  • Une vie en exil 

Devant la montée du nazisme, l’écrivain quitte sa terre natale dès 1934, et trouve refuge en Angleterre. Suite à l’annexion de l’Autriche en 1938, il est déchu de sa nationalité. Apatride, il quitte définitivement l’Europe, et s’installe en Amérique du Sud. 

  • L'Histoire dans ses Mémoires

C’est au Brésil, le 22 février 1942, que l’auteur, âgé de 61 ans, met fin à ses jours. Sa seconde femme, Lotte Altman, l’accompagne dans la mort. 

La veille, il envoyait à son éditeur le manuscrit de ses Mémoires, qui seront publiées en 1943 sous le titre : Le Monde d’hier, Souvenirs d’un Européen

  • L’émission 

Dans son émission, Guillaume Gallienne nous invite à parcourir ce testament politique et littéraire, écrit dans la solitude de l’exil. Nous y croiserons les grandes personnalités qui furent ses amis, et qui ont marqué la première moitié du XXe siècle : Verhaeren, Rodin, Freud.

Ouvrons ce témoignage bouleversant, cet adieu au monde civilisé, qui s’adresse aux générations futures, afin d’éviter que se répètent « les secousses volcaniques de notre terre européenne ». 

Un enseignement aujourd’hui, à la veille des élections européennes ? 

Bibliographie

Extraits du livre de Stefan Zweig, Le Monde d'hier, souvenirs d'un Européen, dans la traduction de Dominique Tassel aux éditions Gallimard.  

Extraits sonores

  • Pierre Cot, ministre sous la IIIe République : "Le suicide de Stefan Zweig n'est pas une lâcheté mais un renoncement". 
  • Portrait de Stefan Zweig, 16/04/1947 (archive INA)
  • Denis Podalydes lit Les Hôtes d'Émile Verhaeren, extrait de l'Anthologie de la poésie de la langue française par la Comédie Française (CD FREMAUX & associés)
  • Romain Rolland, 1936, «La guerre de 1914 a tout ruiné, mais je résistais à l’ouragan de fureur fratricide et ai maintenu en dépit de tout la fraternité franco-allemande, je fus alors le Français le plus haï en France, mais si c’était à recommencer, je recommencerai » (Archive INA)
  • Sigmund Freud, 1938 : « À l’âge de 82 ans, j’ai quitté, à la suite de l’invasion allemande, ma maison, à Vienne, et suis arrivé en Angleterre où je compte terminer ma vie en pleine liberté »   
  • Les Damnés__, un film de Luchino Visconti (1969)

La musique 

  • Ute Lemper - Die Rundköpfe und die Spitzköpfe 
  • Anna Shygulla - Juste une Allée 
Références

L'équipe

envers_gallienne
envers_gallienne
Estelle Gapp
Estelle Gapp
Estelle Gapp
Collaboration
Xavier Pestuggia
Réalisation
fanny leroy devant une toile de Miro
fanny leroy devant une toile de Miro
Fanny Leroy
Collaboration