Bruxelles s'attaque à la concurrence déloyale chinoise ©Getty -  Westend61
Bruxelles s'attaque à la concurrence déloyale chinoise ©Getty - Westend61
Bruxelles s'attaque à la concurrence déloyale chinoise ©Getty - Westend61
Publicité
Résumé

Pour se protéger de la Chine, Bruxelles vient de décider de muscler l’encadrement des investissements étrangers en Europe.

avec :

Isabel Wiseler-Lima (Députée européenne PPE).

En savoir plus

C’est Thierry Berton lui-même qui le reconnait : l’Europe a été trop naïve dans son approche sur certains secteurs stratégiques. Il faut tirer les leçons de la pandémie : pour l’Union, explique le commissaire, le partenaire d’hier ne peut plus être le partenaire d ‘aujourd’hui. 

Un changement de philosophie qui se traduit dans des actes. Il y a quelques jours, Bruxelles a mis sur la table des propositions pour mieux contrôler les investissements chinois en Europe. Objectif : pouvoir bloquer une acquisition ou l’accès à un marché public si une entreprise étrangère est trop subventionnée. Aujourd’hui, et c‘est tout le paradoxe, l’Union peut contrôler les aides apportées par ses Etats membres, mais pas celles allouées par les pays tiers ce qui crée une distorsion de concurrence. 

Publicité

Selon le projet de la Commission, une entreprise étrangère qui cherche à acquérir une entreprise européenne au chiffre d’affaires supérieur à 500 millions d’euros devra notifier si elle a reçu des subventions. Même chose pour les candidats qui veulent accéder à un marché public. Si les entreprises ne sont pas transparentes, la Commission pourra infliger des amendes. 

Un changement d’attitude vis-à-vis de Chine bienvenu pour  la députée européenne luxembourgeoise Isabel Wiseler Lima.

Références

L'équipe

Stéphane Leneuf
Stéphane Leneuf
Stéphane Leneuf
Production
Stéphane Leneuf
Stéphane Leneuf