Impôt minimum pour les multinationales : l’Europe s’aligne sur les Etats Unis. ©Getty -  Mayur Kakade
Impôt minimum pour les multinationales : l’Europe s’aligne sur les Etats Unis. ©Getty - Mayur Kakade
Impôt minimum pour les multinationales : l’Europe s’aligne sur les Etats Unis. ©Getty - Mayur Kakade
Publicité
Résumé

L’idée d’une taxe mondiale sur les bénéfices des multinationales fait son chemin. Dans ce domaine, l’Amérique donne le ton et les Européens suivent.

avec :

Aurore Lalucq (Députée européenne Place Publique, économiste).

En savoir plus

Joe Biden a sifflé la fin de la récréation fiscale pour les multinationales et il faut bien le constater, les Européens, incapables d’avoir une politique commune sur la fiscalité car elle reste du domaine des états, s’alignent sur l’oncle Sam. Le chiffre de 21% a été évoqué dans un premier temps. Mais Joe Biden propose maintenant un taux d’imposition minimum de 15% sur les bénéfices des multinationales Paris et Berlin se déclarent favorables. Dans la foulée ce sont les Eurodéputés qui soutiennent la proposition. Ils ont voté une résolution la semaine dernière saluant la volonté américaine d’instaurer un impôt minimum mondial. Pour le trésor américain, 15% serait un plancher. Les discussions vont se poursuivre avec l’objectif d’augmenter ce taux. Des négociations sont en cours dans le cadre de l’OCDE. Un accord de principe pourrait être acté lors du G20 finances les 9 et 10 juillet.  Une taxe pourrait voir le jour en 2022. 

Cette réforme pourrait imposer les multinationales sur leurs bénéfices réalisées dans chaque pays, indépendamment du lieu de leur siège social. 

Publicité

Entretien avec la députée Aurore Lalucq, pour qui on assiste la à une vraie révolution fiscale. Mais attention elle estime que ce sont les Etats eux-mêmes qui pourraient torpiller le projet. 

Références

Programmation musicale

L'équipe

Stéphane Leneuf
Stéphane Leneuf
Stéphane Leneuf
Production
Stéphane Leneuf
Stéphane Leneuf