France Inter
France Inter
Publicité

C'est l'une des annonces de la rentrée à Radio France : un "Tournant" environnemental, à travers 10 engagements qui vont du contenu éditorial à la formation des salariés en passant par l'interdiction de certaines publicités climaticides. Blabla, ou actes efficaces à venir ?

Revenons sur l'Annonce de la rentrée ici à Radio France : le Tournant environnemental annoncé par la présidente du groupe, Sibyle Veil.

Radio France, maison mère de France Inter, 6 autres radios et les orchestres, prend 10 engagements pour répondre à la crise environnementale. Ils portent aussi bien sur le contenu - crise climatique comme axe éditorial majeur, formation des équipes qui font l’antenne, exclusion progressive de la pub des produits et services les plus polluants, des efforts pour la sobriété numérique - qu'en interne, avec des économies d’énergie et une réduction du bilan carbone de 40% d'ici à 2030. Initiative largement saluée sur les réseaux sociaux ou dans les courriers. Mais, à l’ère du greenwashing et de l’émotion post-été pourri, ce sont les actes qui comptent, aussi forts soient les messages.

Publicité

Sibyle Veil, présidente de Radio France nous donne quelques précisions à ce sujet et notamment au sujet de la publicité.

“Je sais bien qu’il y a des publicités, même en ce moment, qui énervent (comme certaines pour l'aviation). Le problème, c'est qu’aujourd’hui, nous n’avons pas dans nos cahiers des charges en matière publicitaire des critères qui nous permettent d'interdire une pub. On n'a pas le droit de faire du refus de vente, ça serait assimilé à un comportement de discrimination.”

Effectivement, pour les 3 antennes du groupe concernées (France Inter, France Info et France Bleu) la publicité est encadrée par la loi. Il est alors compliqué de refuser tel ou tel annonceur du jour au lendemain. Selon la présidente, le groupe ne dispose pas des outils juridiques pour pouvoir discriminer certains acteurs économiques plutôt que d’autres.

Alors comment exclure progressivement de la pub les produits et services les plus polluants comme l’annonce Radio France ? Et que veut dire précisément « produits et services les plus polluants » ? Réponse de Sibyle Veil :

“L’objectif que j’ai fixé à mes équipes, c’est de faire évoluer pour le mois de janvier nos conditions générales d’utilisation. Nous allons annoncer à l’avance nos critères pour que l’on puisse réduire fortement les publicités qui peuvent agacer”

Un discours qui manque un peu de clarté, car elle ne donne pour le moment aucuns de ces critères. Dans tous les cas, pas question pour l’instant de se passer des 17 minutes de pub quotidiennes sur les antennes. Sans les 50 millions de recettes publicitaires “on arrête des activités entières à Radio France ou alors il faut que l’on soit mieux financé pour compenser cette perte”

Vu ce que le président de la République (ancien camarade de promo à l’ENA de Sibyle Veil) prévoit pour le service public, pas sûr…

Autre point important de ce “Tournant” : la formation des équipes, qui doit démarrer cet automne avec une 20aine d’heures de formation obligatoire pour les journalistes, animateurs, chroniqueurs, etc… “Il y aura cinq sessions, une série de grandes conférences avec des intervenants comme des auteurs du GIEC.”

En ce qui concerne le numérique, toute une armée de l’ombre serait au travail pour coder, et rendre applis et sites les plus sobres possibles. Idem pour les serveurs et le stockage des données, toujours selon Sibyle Veil.

À cela s’ajoute des gestes concrets comme la peinture des toits terrasses en blanc, le renouvellement de nos contrats de fourniture d’électricité pour du 100% renouvelable, la réduction d’impressions, la fin des bouteilles plastiques… C’est également la géothermie qui chauffe et climatise la Maison de la Radio.

Par contre, un bémol pour la cantine, où rien n’est trié, et ce depuis bien longtemps. Pourtant, la loi l’impose aux entreprises depuis le 1er janvier 2015. Sibyle Veil n’était pas au courant :

“Aujourd’hui ça devrait déjà être le cas, je vais m’en assurer après notre échange, c’est une vraie priorité”. Affaire à suivre…

Toutes les avancées sont censées être publiées sur internet, parce que “la transparence est une obligation d’agir” dit la présidente de Radio France. Pour sûr, les auditrices et auditeurs vont bien le retenir.

L'équipe

Camille Crosnier
Production
Joachim Taieb
Stagiaire