Exemple de bunker de luxe
Exemple de bunker de luxe - Capture d'écran
Exemple de bunker de luxe - Capture d'écran
Exemple de bunker de luxe - Capture d'écran
Publicité

Vous ne rêvez pas : il existe bien des bunkers de luxe construits pour les ultra-riches, et coûtant des fortunes. Face à la menace nucléaire, les pandémies, les guerres, ou les ouragans, certains assurent leurs arrières... en oubliant tout et tous ceux qui les entourent.

Si vous voyez la fin du monde approcher et que ça vous fait flipper, pas de panique !

Salle de gym pour garder la forme avec vos copains, une grande piscine, avec vrais palmiers et toboggan, une bibliothèque avec des milliers de livres, un cinéma, un mur d’escalade, et même un lieu de promenade pour les chiens, (dans toute apocalypse digne de ce nom, il y a un chien). Il existe bel et bien des bunkers de luxe construits pour les super-riches. Ultra sécurisés avec écrans simulant des paysages et météo différentes, des potagers et même de l’aquaculture pour manger du poisson. Ils sont proposés par des compagnies comme Vivos Europa One ou Rising S Bunker.

Le spécialiste des nouvelles technologies et auteur de " La survie des plus riches" Douglas Rushkoff affirme que Peter Thiel (entrepreneur très proche d’Elon Musk) en a un immense en Nouvelle-Zélande, et que Jeff Bezos a le sien sous la rampe de lancement de ses fusées. Pour certains super-riches, l’idée qu’un événement cataclysmique va se produire est alors une certitude.

Publicité

Mathieu Séranne, ancien juriste d’affaires, a lancé son entreprise de bunkers, Artemis Protection. Il explique qu’entre mars et fin juin, il a enregistré plus de 50 demandes par jour pour des abris.

Évidemment, les demandes augmentent en ce moment avec la guerre en Ukraine, et la menace nucléaire, qui est LA peur principale, devant les pandémies ou les risques naturels. Mais il y a aussi des devis demandés par les particuliers, qui viennent notamment d’Arabie Saoudite, comme Mathieu en témoigne :

“Les clients sont confidentiels, ce sont des personnes avec d'énormes portefeuilles. Notamment dans le Moyen-Orient où l’on est monté à des devis à plus de 8 ou 9 millions d’euros. La dernière demande que l’on a eue est pour un abri de 200 m² pour 40 personnes. On est sûr des abris qui peuvent accueillir des véhicules, des salles de sport, … Ils envisagent quelque chose à long terme. “

Aller se planquer tout confort pendant que tout s’effondre, belle mentalité, non ?

Alors, vous vous demandez peut-être si cette tendance est de l’ordre du psychiatrique. La réponse est oui. À la question "L’argent peut-il avoir des effets sur les processus cognitifs ?”, le docteur en neurosciences et rédacteur en chef du magazine Cerveau et psycho, Sébastien Bolher répond :

“En psychologie, le locus de contrôle, c'est comment on a tendance à expliquer ce qui nous arrive de façon générale dans la vie. Soit en rapport avec des causes internes, quand on considère que ce qui nous arrive est le résultat de notre propre action. Soit en rapport avec des causes externes.

Ce qui a été démontré dans pas mal d'études, c’est que votre niveau de revenu et l’argent que vous possédez vont favoriser le contrôle interne - c'est-à-dire que plus vous avez de revenus financiers, plus vous tendez à tout expliquer en rapport à votre action personnelle, à vos qualités personnelles, de façon indépendante et autocentrée.

Cela amène à se dire que face à une menace, j’ai les cartes en main, c’est moi qui vais me permettre de m'en sortir. On est dans un locus de contrôle interne total et on considère que tout va dépendre de ce qu’on va entreprendre par soi-même.”

Voilà donc un bon exemple d’égoïsme poussé à l’extrême, sous couvert de survie… un peu comme ce vaisseau dans lequel tous les riches partent dans "Don’t look up", et on connaît la fin, n’est-ce pas ? (sinon, regardez le film bien jusqu’au bout).

D’où la morale de l’histoire de ces bunkers pour ultra-riches par Douglas Rushkoff :

"l ne faut pas se dire que c’est effrayant : c’est drôle. Il faut qu’on apprenne à rire de ces gens, plutôt que d’être horrifiés. Ce sont eux qui ont peur. Nous, nous devons être autre chose."

L'équipe

Camille Crosnier
Production
Joachim Taieb
Stagiaire