Le kidnapping inédit de trois bébés chimpanzés en RDC
Le kidnapping inédit de trois bébés chimpanzés en RDC ©Getty - Long Zhiyong
Le kidnapping inédit de trois bébés chimpanzés en RDC ©Getty - Long Zhiyong
Le kidnapping inédit de trois bébés chimpanzés en RDC ©Getty - Long Zhiyong
Publicité

Trois bébés chimpanzés ont été kidnappés le 9 septembre dans un sanctuaire animalier au sud de la République démocratique du Congo. Les ravisseurs demandent une rançon et menacent de tuer les petits singes. La région est touchée par un trafic organisé qui continue malgré les mesures anti-braconnage.

Aujourd’hui, une terrible histoire et des images qui font ultra mal au cœur : 3 bébés chimpanzés, César et Hussein, 2 ans, par terre dans une pièce sombre avec des déchets au sol, qui essaient de se cacher, et à côté Monga, 5 ans, accrochée au mur avec ses mains attachées au-dessus de sa tête… Cette vidéo a été faite par des ravisseurs, qui ont kidnappé les petits singes dans un sanctuaire du sud de la République Démocratique du Congo, et l’ont envoyée au couple de propriétaires, Franck et Roxane Chantereau qui sont très touchés :

C’est horrible, ces bébés, c’est comme des enfants. On n'imagine même pas la douleur et la peur… Ces animaux sont tellement sensibles, ils peuvent se laisser mourir de peur, de manque d’attention, d’affection… Aujourd'hui, on est désespéré, ça fait 17 jours, on ne sait pas dans quel état ils sont, s'ils sont encore en vie…”

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Dans la nuit du 9 septembre dernier précisément, des individus ont kidnappé les 3 chimpanzés, quelques jours après le sabotage d’une caméra de surveillance… Ont suivi l’envoi de plusieurs vidéos, mais aussi des coups de téléphone avec menaces, y compris menaces de mort et demande de rançon. Franck raconte :

Ils s’adressent à moi. Ils me disent monsieur, on voulait s’en prendre à votre femme, on avait planifié le kidnapping de vos enfants, mais comme ils ne sont pas venus, on a pris les animaux. Ils sont très agressifs, si vous ne payez pas on va décapiter un bébé et on va vous envoyer la tête"

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Les autorités de la RDC sont immédiatement prévenues, car les animaux recueillis dans les sanctuaires sont la propriété de l’Etat. Autorités qui demandent de ne pas dévoiler le montant de la rançon, mais c’est une somme à 6 chiffres. Pour le couple, hors de question de succomber au chantage. Ce serait prendre le risque de se retrouver une nouvelle fois dans la même situation, mais aussi de donner des idées à d’autres dans le monde de faire le même coup.

Les sanctuaires sont des cibles

Les sanctuaires sont des cibles, d’ailleurs les Chantereau, en activité depuis 2006 à Lubumbashi, ont déjà fait face à des incendies, mais le kidnapping de chimpanzés est totalement inédit. Cible puisqu’ils gênent le trafic très organisé et incessant en recueillant des individus. Charlotte Nithart directrice de l’association Robin des bois le rappelle :

Le braconnage et la contrebande, malgré ce qu’on peut croire en disant qu’il y a une prise de conscience au niveau mondial, c’est toujours d’actualité. Ce qu’on sait c’est qu’il y a un trafic important en afrique, rdc mais pas seulement. Aussi au Liberia, Cameroun, Ouganda, Sierra Leone, où des familles entières sont tuées et terminent sur le marché de la viande de brousse. Les bébés sont capturés pour alimenter le marché des animaux de compagnie

Des petits chimpanzés domestiques, que des connards de riches (à un moment il faut le dire) achètent entre 5 et 10.000 dollars à Dubaï, en Chine, au Pakistan, en Egypte mais aussi dans les pays occidentaux. Les gens achètent des chimpanzés comme on achèterait un jouet. Rappelons qu'il ne faut pas hésiter à signaler les photos qui circulent, en particulier sur les réseaux sociaux. D’autant que pour avoir un chimpanzé, il faut en tuer entre 8 et 10 autres, Charlotte Nithart expliquait que des familles entières sont massacrées pour attraper les bébés, car les clans les protègent jusqu’à la mort. Et entre le braconnage et la déforestation, voici le résultat aujourd’hui :

Les chimpanzés étaient environ 1 million dans les années 60. Aujourd’hui, on estime qu’il en reste entre 170 000 et 300 000 donc en 60 ans la population a été divisée par quatre”

D’où l’importance de lutter de façon coordonnée à l’international, sauf que...

On attend de pays de la France ou de l’Europe qu’elles aient des positions fortes et malheureusement, on voit dans la préparation de la prochaine Cites que ce n’est pas toujours le cas.”

La Cites dont parle Charlotte Nithart des Robins des bois, c’est la convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction. Elle aura lieu en novembre au Panama. En RDC, où Roxane Chantereau est née, et où Franck son mari est arrivé depuis presque 30 ans, il reste 102 animaux dans le sanctuaire, des primates âgés de 4 à 21 ans, ultra-protégés, particulièrement les 2 bébés rescapés. Ils espèrent, bien sûr, finir par récupérer César, Hussein et Monga

Sans espoir, on perd tout. C’est difficile, mais j’y crois, ils doivent revenir