Le courlis d'Alaska
Le courlis d'Alaska ©Getty - Dorit Bar-Zakay
Le courlis d'Alaska ©Getty - Dorit Bar-Zakay
Le courlis d'Alaska ©Getty - Dorit Bar-Zakay
Publicité

Tous les vendredis, un tour des bonnes nouvelles et curiosités de la planète ! Au programme : oiseaux champions de la migration, bolide vert, et orchidées violettes.

L’oiseau qui semble avoir le chant le plus cool de la terre

Il s’agit du courlis d’Alaska, avec son long bec fin et incurvé, et son plumage caramel et tacheté qui fait un peu penser à un léopard. Oiseau champion de la migration, il peut voler 4500km sans escale … Et ils s’apprêtent ces courlis d’Alaska à quitter justement dans quelques jours leur zone d’hivernage, les atolls polynésiens turquoises, direction l’Alaska, donc, via Hawaï, 5 jours de voyage, pause à Hawaï, et c’est reparti pour cinq jours non-stop. Et des scientifiques viennent d’en équiper plusieurs, en Polynésie donc, pour les suivre et observer leur comportement, car ils pourraient aider à anticiper les catastrophes naturelles… Explication de Frédéric Jiguet, écologue au Muséum National d’histoire naturelle et coordinateur de ce programme Kivi Kuaka :

"Ces espèces ont des capacités sensorielles hors du commun. Les cyclones et les tsunamis produisent des infrasons et on pense que ces oiseaux sont capables de les capter et les comprendre. On imagine qu’une vague qui approche va produire beaucoup d’infrasons, en continu et avec un signal de plus en plus fort et intense. Ainsi, les oiseaux migrateurs très sensibles à l’environnement devraient anticiper l’arrivée de telles catastrophes et nous aider à mieux anticiper l’arrivée de ces phénomènes"

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Dans le ciel toujours

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

"Une boule verte qui ressemblait un peu à une étoile filante est apparue d’un coup, elle est passée tout doucement et elle a disparu." Hélène, habitante de Loriol dans la Drôme s’est frotté les yeux derrière son volant mercredi matin à 6h, elle le raconte à nos collègues de France Bleu Drôme Ardèche

C’était un phénomène assez étrange

C’était en fait un météore, ou « bolide », c’est-à-dire un corps céleste ultra lumineux… vu sur une grande partie de la France, même à 100km d’altitude au-dessus de Paris ! La couleur verte ce sont les atomes d’oxygène qui chauffent en entrant dans l’atmosphère.

Pas d’extraterrestre donc, mais du côté d’Europe, l’une des lunes de Jupiter, recouverte par un océan de glace, il pourrait là y avoir de la vie !

« La chaleur et les signatures chimiques suggèrent qu’elle pourrait vraiment être une candidate prometteuse pour de la vie extraterrestre dans notre système solaire » dit le géophysicien de Stanford Riley Culberg, car une étude qu’il signe dans Nature communications avance que les fissures sur la croûte glacée d’Europe pourraient être le résultat de poches d’eau liquide SOUS cette croûte, comme ce qui se passe au Groënland. Des missions de la NASA et de l’ESA prévues pour 2024 et 2026 pourraient le confirmer… ou pas !

Sur Terre, très loin de l’océan glacé d’Europe, des scientifiques ont enregistré une température de 2370 degrés Celsius, la plus haute jamais atteinte, pour une roche provenant d’un cratère au Canada… Alors elle ne fait plus 2370 degrés aujourd’hui, rassurez-vous, il s’agit de la température au moment de la formation de cette roche, issue d’un impact de météorite, mais jamais en surface on n’avait atteint une si grosse chaleur.

Prasophyllum morganii

En Australie, la très belle orchidée violette repérée alors qu’on la pensait disparue depuis presque un siècle... Localisée dans le Sud-Est dans le cadre d’une étude sur les dégâts des incendies en 2019, comme quoi même des pires événements peut surgir du positif !

Programmation musicale

L'équipe