"Voyages au bout de l'effort" : la force du mental

En slip dans la neige, en toute décontraction. Victor et ses camarades de stage dans les Pyrénées.
vidéo
En slip dans la neige, en toute décontraction. Victor et ses camarades de stage dans les Pyrénées. - Andy Parant / Canal Plus
En slip dans la neige, en toute décontraction. Victor et ses camarades de stage dans les Pyrénées. - Andy Parant / Canal Plus
En slip dans la neige, en toute décontraction. Victor et ses camarades de stage dans les Pyrénées. - Andy Parant / Canal Plus
Publicité

Plonger dans un lac gelé : c'est l'un des exploits que Victor Bergeon s'est promis de réaliser s'il s'en sortait vivant, quand on lui a diagnostiqué une tuberculose à 20 ans. Il se met en scène dans une série documentaire pleine d'humour et passionnante. Où l'on teste les limites du corps humain.

"Mais qu'est-ce que je fais en slip devant une piscine pleine de glace pilée". Cet extrait donne le ton. Une nouvelle série documentaire, formidable, démarre ce jeudi 17 février sur Canal Plus : "Voyages au bout de l'effort". Victor Bergeon se met en scène avec pas mal d’autodérision mais une grande sincérité. Ce grand gaillard costaud, à la magnifique chevelure frisée, revient de loin. A l’âge de 20 ans, il est tombé gravement malade. Tuberculose. Dans sa chambre d’hôpital, terrorisé, il a noté sur un carnet les rêves qu’il devrait réaliser s’il s’en sortait vivant. Et le voilà à présent, sept ans plus tard, debout, et bien obligé de s’y coller. La plongée sous la glace était en haut de la liste, c'est donc le premier exploit de cette série en quatre épisodes.

Frileux et claustrophobe

Le seul léger problème, c'est que Victor est aussi frileux que claustrophobe. Autrement dit, il a besoin d’une grosse préparation avant de se jeter sous la couche de glace d’un lac en plein hiver, à 2 000 mètres d’altitude. Et c’est ce processus qu’il nous montre dans ce documentaire.

Publicité

Une douche froide tous les matins pendant plusieurs semaines, fastoche. Ensuite, la cryothérapie : il passe trois minutes trente, en slip, dans une cabine à -110 degrés. Ça a l’air moyennement sympa, mais il tient le coup. Et puis la fameuse baignoire de glace pilée, pourquoi se priver ?

C'est là que Victor rencontre Jeff, un type étonnant, une sorte de gourou du froid. C’est un coach qui propose des stages de masochisme, pardon des stages de froid. Cela consiste à aller marcher dans la neige en slip. Je vous jure que c’est vrai. Victor (qui aime bien se mettre en slip visiblement) n’a pas résisté. Il participe à un stage dans les Pyrénées. Et cela donne des séquences très spectaculaires, sous la neige. Où l'on voit comment le cerveau tente de se sortir d'un situation de supplice en y trouvant, bon gré mal gré, un bénéfice...

Faire de son propre corps un allié

Les 52 minutes de ce documentaire rythmé et drôle passent en un éclair. On y trouve une réflexion passionnante sur la façon dont on peut explorer ses propres limites, les tester. Si Victor s’inflige tout cela, c’est parce qu’il a eu l’impression que son corps l’avait lâché, quand il est tombé malade. La tuberculose lui a fait perdre la confiance en son organisme. Il apprend à lui refaire confiance, il se convainc que son corps est un allié. Et il découvre qu’il y a un gouffre entre ce qu’il pense être capable de faire et la réalité. C’est la force du mental. Ah, le mental, ce concept que les sportifs et les sportives évoquent sans arrêt mais qui est assez obscur pour le reste du monde. Le mental devient ici très concret. Le prochain épisode, diffusé en mars, ce sera un saut en parachute. Inutile de préciser que ce cher Victor a le vertige.

"Voyages au bout de l’effort : épisode 1, plonger sous la glace" : sur Canal Plus ce soir à 22h30, ou sur MyCanal.

L'équipe