La webcam ne semble pas déranger les échassiers.
La webcam ne semble pas déranger les échassiers.
vidéo
La webcam ne semble pas déranger les échassiers. - Dominique Klein, mairie de Sarralbe
Publicité
Résumé

A l'occasion de sa dernière chronique dans le 5-7, Dorothée Barba tient à vous reparler de cette télé-réalité animalière, coup de cœur de ses cinq ans de conseils télé. Longue vie aux cigognes de Sarralbe, en Moselle.

En savoir plus

C’est mon émission de télé-réalité préférée. Je vous ai déjà parlé plusieurs fois de Télé Cigogne, il est temps de prendre des nouvelles. A Sarralbe, petit village de Moselle, un nid de cigognes installé sur le toit de la mairie est filmé 24 heures sur 24 par une webcam.

Sur le site internet de la mairie de Sarralbe, on peut donc regarder vivre Maurice et Mélodie, un couple d’échassiers installé là depuis neuf ans. Ils ont eu des nouveaux bébés au printemps, cinq petits cigogneaux très mignons. Deux n’ont pas survécu, malheureusement. Il en restait trois. Mais je ne suis pas connectée tout le temps, figurez-vous, j’ai parfois d’autres trucs à faire, alors je rate des événements importants ! Et que vois-je aujourd’hui ? Il n’y a plus que deux petits. J’ai donc appelé à Dominique Klein, l’ornithologue un peu doux-dingue qui s’occupe de cette webcam. Il m’a raconté et je suis sous le choc. Éloignez les oreilles sensibles…Le nid a été victime d’une agression violente, qui est en ligne sur Youtube.

Publicité

Une enquête criminelle

Ce n’est pas flagrant sur le plan sonore… Mais visuellement, c’est terrible. Une cigogne est venue attaquer le nid, sans doute pour s’y installer, un jour où les cigogneaux étaient tous seuls. Profitant de l’absence des parents (Maurice et Mélodie étaient partis chercher à manger), elle s’en est prise lâchement et violemment aux cigogneaux. De grands coups de becs dans la tête. L’un des jeunes, très malin, a fait le mort, il a survécu. Mais un autre cigogneau a été blessé et un troisième est mort.

Voilà qui vient nous rappeler, en tout cas, que la nature est cruelle et qu’on ne doit pas plaquer nos schémas humains sur la vie sauvage. Attention aussi à rester à distance, à ne pas traverser l’écran !

Comment ça ?

L’attaque a eu lieu à 5h du matin un samedi. Dominique, l’ornithologue, est venu dès qu’il a pu, et il a soigné le cigogneau blessé. Comme vous le savez (bien-sûr), les cigognes n’ont pas d’odorat. Les parents, Maurice et Mélodie, ne se sont pas aperçus que leur petit avait quitté le nid pendant deux heures, le temps d’être soigné. Résultat, le cigogneau n’a pas été rejeté. Dominique est content d’avoir sauvé l’oiseau qui pouvait l’être… mais il a hésité à le faire. Car l’ambition de cette caméra est d’observer les animaux, pas d’intervenir dans leur vie, encore moins de les domestiquer ! D’ailleurs, il m’a raconté que cette affaire avait déclenché des réactions un chouïa disproportionnée, dans le village : on lui a demandé s’il avait un fusil pour chercher la cigogne allemande et lui tirer dessus !

Dernière chronique...

Rester à distance, donc. Si je vous parle de Télé Cigogne ce matin, c’est parce que je m’éloigne, moi-même. C’est ma dernière chronique. Après cinq ans à capturer des écrans, cinq ans à consommer de la télé en intraveineuse, je rends la télécommande. Et si je fais le bilan (calmement) de mes conseils télé, ce ne sont pas les documentaires Arte ou les séries Netflix dont j’ai le plus aimé vous parler, mais les sujets un peu… décalés. Les vidéos de bricolage. La « slow TV » norvégienne, avec ses plans fixes sur un feu de cheminée, pendant des heures.

La télé est un prétexte magnifique pour parler de toutes les choses de la vie. Merci, Mathilde Munos, de ne pas m’avoir jugée, et d’avoir laissé libre cours à mes délires…

Agapimu, c’était une vidéo espagnole que je vous avais conseillée pendant le confinement. La merveilleuse Ana Belén. Je la recycle ce matin pour en faire une déclaration d’amour à toute l’équipe du 5-7. Je traduis ? « Tu es la mer quand elle se fâche, tu es la nuit illuminée, tu es comme la rivière qui arrose mon amour. »

Bon, j’en fais trop ? Peut-être. La vérité : c’était bigrement chouette, tous ces petits matins avec vous. Mais il faut savoir quitter le nid du 5-7. On est tous et toutes des petits cigogneaux, à un moment où l’autre de notre vie…

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Références

L'équipe

Dorothée Barba
Dorothée Barba
Dorothée Barba
Production
Dorothée Barba
Dorothée Barba