Clothilde Chamussy, la paléoanthropologue Marie-Antoinette de Lumley, et "l'homme de Menton", qui est en fait une femme !
Clothilde Chamussy, la paléoanthropologue Marie-Antoinette de Lumley, et "l'homme de Menton", qui est en fait une femme !
Clothilde Chamussy, la paléoanthropologue Marie-Antoinette de Lumley, et "l'homme de Menton", qui est en fait une femme ! - La Famiglia / National Geographic
Clothilde Chamussy, la paléoanthropologue Marie-Antoinette de Lumley, et "l'homme de Menton", qui est en fait une femme ! - La Famiglia / National Geographic
Clothilde Chamussy, la paléoanthropologue Marie-Antoinette de Lumley, et "l'homme de Menton", qui est en fait une femme ! - La Famiglia / National Geographic
Publicité
Résumé

Quand les précurseurs de la préhistoire, au XIXe siècle, ont publié leurs ouvrages de référence, ils ont projeté sur cette époque un schéma familier : des femmes tournées fers la vie domestique et des hommes tournés vers l'extérieur. Aujourd'hui, cette vision est largement remise en cause.

En savoir plus

Quelle image vous vient à l’esprit spontanément, quand on parle des femmes de la préhistoire ?

On les imagine accroupies dans une grotte, à attendre que monsieur rentre de la chasse... Eh bien cet imaginaire collectif est remis en cause par les spécialistes, depuis quelques années. Un documentaire, à voir sur la chaîne National Geographic (via l'offre Canal Plus) donne la parole aux grands spécialistes du sujet, partout dans le monde.

Pendant des décennies, on a eu une fâcheuse tendance à considérer que des restes humains trouvés dans une sépulture avec des outils de chasse étaient forcément les restes d’un homme. Il faut dire aussi que les pionniers de la préhistoire, les précurseurs, ont publié leurs ouvrages de référence au milieu du XIXe siècle. Ainsi l'explique la préhistorienne française Marylène Patou-Mathis :

Publicité

Ces précurseurs sont des instituteurs, des médecins, des abbés... Donc ils sont très imprégnés par une culture judéo-chrétienne qui ne valorise pas les femmes, et par les discours médicaux de l'époque, qui voient les femmes comme fragiles et hystériques. Quand il pensent la société préhistorique, ils reproduisent les foyers domestiques du XIXe, mais dans des grottes !

La division du travail fondée sur le genre, avec des hommes tournés vers l’extérieur et des femmes à l’intérieur, est en fait un reflet de la société du XIXe. Il y a beaucoup de biais et de présupposés à piétiner.

Comment étudie-t-on la fonction sociale des humains préhistoriques ?

En examinant les os des squelettes, par exemple. Car l’os est un organe vivant, qui gagne en épaisseur quand l’individu fait beaucoup d’exercice. La robustesse des os tend à prouver que les individus participaient aux travaux agricoles. L’anthropologue britannique Alisson Murray a fait des travaux de recherche qui peuvent paraitre surprenants.

Par IRM, elle a comparé des os de femmes datant du néolithique à des os de rameuses d’aujourd’hui : des athlètes de haut niveau qui pratiquent l’aviron.

Car il semble que ces femmes pillaient le grain pendant des heures chaque jour et que ce geste est similaire à celui de ces sportives. Cela les rendait robustes. Les femmes ont largement participé au développement de l’agriculture au néolithique.

Ce documentaire incarné par la journaliste Clothilde Chamussy nous conduit aussi au Pérou, avec un archéologue américain convaincu que le squelette qu’il a trouvé enterré avec ses outils de chasse est une femme :

Celui qu'on prenait pour un chasseur est, en fait, une chasseuse.

L’art pariétal est aussi évoqué : rien ne prouve que les grottes aient été peintes seulement par des hommes.

Inutile, pour autant, de renverser complètement notre regard. On découvre aujourd’hui une réalité nuancée, pour la place des femmes dans la préhistoire : ni matriarches toutes puissantes, ni esclaves soumises.

2 min

« Les femmes préhistoriques » : à voir en replay sur National Geographic, via My Canal.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.