Capture écran du site Grandmas project
Capture écran du site Grandmas project - Grandmas project
Capture écran du site Grandmas project - Grandmas project
Capture écran du site Grandmas project - Grandmas project
Publicité

Depuis 2016, des réalisateurs et réalisatrices du monde entier participent à la websérie Grandmas Project et proposent des films de 8 minutes dans lesquels leurs grand-mères leur transmettent une recette d'un plat familial.

Le bruit des couteaux sur une planche à découper, le crépitement des oignons dans une poêle, le couvercle des casseroles qui claque… Autant de bruits familiers reproduits depuis des générations.

Cela peut paraître bateau de dire cela, mais la cuisine est une affaire de goût, de transmission et d’histoire

En 2016, le réalisateur Jonas Parienté prenait sa caméra pour filmer sa grand-mère Nano en train de concocter une molokheya, un ragoût originaire d’Egypte. Entre deux cuissons, Nano a alors commencé à raconter sa vie. Comment notamment elle a renoncé à son désir de devenir pédiatre. A l'époque, une femme doit avant tout se marier. Pas question de travailler...

Publicité

Ce film fut l’acte de naissance de Grandmas project.
Une websérie gratuite de 12 films proposés par des réalisateurs et réalisatrices du monde entier.
8 minutes donc avec : leur grand-mère, un plat et une histoire.

La saison 2 de cette série documentaire remarquable débute demain avec 7 nouveaux films. Le premier mis en ligne vient de Turquie et il est signé de la talentueuse cinéaste Zeynep Dilara.

Un plat pour raconter une époque

Dans son appartement baigné de lumière, Munise sa grand-mère prépare un silé, sorte de ragoût « du pauvre » avec du boulghour, des pommes de terre et des oignons. Tout en cuisinant, elle évoque ses souvenirs de la campagne où elle cultivait la terre. Cette femme au regard si doux représente ainsi cette génération qui a dû quitter le monde rural pour la ville. Elle a bien encore quelques plantes sur son balcon mais elle ne retrouve plus le goût des fruits et des légumes de son enfance...

Chaque film est empli de nostalgie. 
Ces femmes évoquent leur existence passée et quelques regrets. La grand-mère de Zeynep par exemple s’imaginait chanteuse, mais ces filles-là, celles qui chantent, sont mal vues en Turquie dit-elle.

Le dialogue entre la réalisatrice et sa grand-mère se termine alors à table, après deux jours de tournage. Deux jours épuisants pour la vieille dame, fatiguée... d’avoir mangé trop de boulghour pour le bienfait du film !
De quoi provoquer un fou rire communicatif.

Nos 5 sens mis en éveil...

Ce film de Zeynep Dilara dure huit minutes. Huit minutes de poésie, d’images tournées dans une sorte de clair-obscur magnifique, et huit minutes pour aimer presque instantanément cette grand-mère…
Comme dans la plupart des autres films.

La première saison de Grandmas Project était un ravissement. L'enthousiasme est intact après le visionnage des sept nouvelles œuvres. Parce qu’au-delà de ces histoires singulières, nos 5 sens sont mis en éveil, nous transportant dans ces cuisines, au plus près de ces femmes. Des femmes qui nous incitent à nous plonger aussi dans nos souvenirs culinaires…

Et vous d’ailleurs, quel plat raconte le mieux l’histoire de votre famille ?

Les films sont à voir gratuitement sur le site  Grandmasproject. La saison 1 est en ligne et la saison 2 débute demain.