Ce film dure 1h50, il passe en un éclair.
Ce film dure 1h50, il passe en un éclair.
Ce film dure 1h50, il passe en un éclair. - L'Opéra - Jean-Stéphane Bron - Les Films Pelléas, Bande à part Films, Orange Studio, Opéra national de Paris
Ce film dure 1h50, il passe en un éclair. - L'Opéra - Jean-Stéphane Bron - Les Films Pelléas, Bande à part Films, Orange Studio, Opéra national de Paris
Ce film dure 1h50, il passe en un éclair. - L'Opéra - Jean-Stéphane Bron - Les Films Pelléas, Bande à part Films, Orange Studio, Opéra national de Paris
Publicité
Résumé

Ce film de Jean-Stéphane Bron, sorti en 2017, offre une plongée tour à tour ironique, émue ou émerveillée sur la myriade de métiers qui s'activent à l'Opéra de Paris. Un documentaire à voir gratuitement, jusqu'au 16 mai, sur la plateforme Tënk.

En savoir plus

Je vous offre l'Opéra sur un plateau. En partenariat avec Tënk, ce documentaire est gratuit pendant une semaine pour les auditeurs et auditrices de France Inter (en cliquant ici). « L’Opéra », de Jean-Stéphane Bron, cinéaste suisse, est sorti en 2017. Immersion à l'Opéra de Paris.

C’est une fourmilière, un paquebot, une ville dans la ville : toutes les métaphores paraissent bien fades pour vous dire comment est filmé, ici, l’Opéra de Paris. On passe de Garnier à Bastille, de la danse à la musique et de la musique à la danse. Et on s’intéresse à tout le monde, à la myriade de métiers qui s’entremêlent et d’efforts qui se conjuguent, souvent dans l’ombre, pour que naissent la lumière et la grâce, sur scène.

Publicité

Emerveillé, moqueur, ému

Ce qui rend ce documentaire génial, c’est le ton. Pourtant, il n’y a pas de voix off. Jean-Stéphane Bron a du talent pour filmer sur un ton tour à tour émerveillé, ironique, moqueur, ou ému, et on est emporté avec lui. Il a du génie pour capter un regard, une émotion sur un visage ou pour repérer le grotesque d’une situation. Ce film dure 1h50, il passe en un éclair. On assiste, par exemple, à une petite révolte : le chœur ne veut pas chanter en diagonale. Soudain, la musique prend le relais : on les voit se disputer, mais la musique a remplacé les paroles. La tension sur les visages est spectaculaire. Même sans comprendre les enjeux de la diagonale ou du carré, on est fasciné par cette dispute !

Il y a tant d'autres scènes marquantes. Difficile de choisir tant elles sont nombreuses. J’ai eu la chair de poule quand, un soir de spectacle, on est en coulisse avec une accessoiriste : on attend que la chanteuse vedette quitte la scène pour lui tendre une bouteille d’eau et lui éponger le front : immense tension. Cette attente, c’est du grand cinéma.

On est dans les couloirs, les bureaux, les cuisines de l’Opéra, dans les salles de répétition, les loges, on est avec les perruquiers et les maquilleuses, les femmes de ménage et la régisseuse. Il y a quelques grands noms au milieu de tout ça, notamment Benjamin Millepied, qui était à l’époque directeur de la danse à l’opéra de Paris : on assiste aussi à son discours aux danseurs et danseuses au moment de quitter son poste. Mais cette tranche de vie n’est pas plus épaisse que les autres. C'est tout le mérite de ce film.

Des moments de grâce

On voit aussi un taureau. Oui, l’animal. Un taureau nommé « Easy Rider », qu’on a fait venir sur scène pour une mise en scène de l’opéra « Moïse et Aaron ». Grosse pression, vous l’imaginez, avant le lever de rideau. On assiste aussi aux premiers pas à l’opéra d’un jeune chanteur russe, un baryton qui crève l’écran, attachant en diable. On voit aussi des enfants qui découvrent le violon grâce à un programme d’immersion à l’opéra. Satanée poussière dans l’œil quand on assiste à leur tout premier concert...

La caméra se tient à une distance respectueuse, jamais elle ne semble gêner celles et ceux qui travaillent, mais elle ne loupe rien des moments de grâce. Comme cette phrase du chef de chœur en pleine répétition :

Tous les chœurs du monde trainent, celui-là presse !

Que voulez-vous que je vous dise de plus ?! Mon cœur à moi bat au tempo de ce documentaire virevoltant.

« L’opéra », de Jean-Stéphane Bron. A voir gratuitement sur Tënk, en partenariat avec France Inter, jusqu'au lundi 16 mai 2022 (en cliquant ici).

Références

L'équipe

Dorothée barba sur fond gris
Dorothée barba sur fond gris
Dorothée Barba
Production
Dorothée barba sur fond gris
Dorothée barba sur fond gris