Daniel Pennac prête sa voix à ce précieux documentaire. - Crestar Productions.
Daniel Pennac prête sa voix à ce précieux documentaire. - Crestar Productions.
Daniel Pennac prête sa voix à ce précieux documentaire. - Crestar Productions.
Publicité
Résumé

A voir en replay sur France 3, "la fabrique du soin" est un documentaire rare. Une comédie sociale qui filme le CHU de Clermont-Ferrand comme un grand corps malade. Avec la voix de Daniel Pennac aux commentaires.

En savoir plus

Ce documentaire a été diffusé sur France 3 Auvergne Rhône-Alpes et mérite une bien plus large audience. "La fabrique du soin", disponible en replay, est un film magnifique et captivant qui propose une immersion au CHU de Clermont-Ferrand. La réalisatrice, Marion Angelosanto, a pu tout filmer, des chambres des patients et patientes à la direction générale, en passant par les cuisines. Elle a eu accès à tout. C’est assez exceptionnel.

Film choral

Le documentaire commence par une engueulade magistrale. En pleine réunion, le directeur général de l'hôpital quitte la salle, furieux d'avoir été traité de menteur. Et on verra, plus tard dans le documentaire, chacun des protagonistes de cet échange tendu raconter son métier, son quotidien. La syndicaliste et le grand patron, loin de toute caricature. Car c’est un film choral, qui raconte une multitude de métiers. La réalité des soins et les contraintes budgétaires. Le manque de lits, la surchauffe des services de réanimation : tout cela prend ici une épaisseur humaine.

Publicité

Ces images ont été tournées sur une période d’un an, entre l’été 2020 et l’été 2021. La réalisatrice a fait le choix de ne pas se focaliser sur le Covid. Très bonne idée : Daniel Pennac prête sa voix au commentaire. A travers l’écrivain, c’est l’hôpital qui parle. Quand il dit « je », il incarne le CHU.

Comédie sociale

La voix de Daniel Pennac colle à merveille au ton général, il se désole avec ironie. Ce documentaire ne cherche pas du tout à masquer les difficultés à l’hôpital, bien au contraire, mais il est tourné comme une comédie sociale. Et c’est une réussite. La caméra s’attarde sur les gestes professionnels, filmés avec beaucoup de grâce. Elle prête attention à des professions méconnues, comme les cadres de santé : on les voit s’arracher les cheveux pour ébaucher les plannings des infirmières, pour organiser les lits quand tout fonctionne à flux tendu.

J’ai été émerveillée, aussi, par la séquence tournée à la blanchisserie : c’est une chorégraphie, qui voit défiler les blouses vertes, blanches ou à petits pois accrochées à des cintres, comme une mini-société reconstituée au moment de laver le linge sale.

On fait la connaissance d’hommes et des femmes immensément attachants.

Je pense notamment à ce pédiatre, qui aime transmettre son savoir aux internes, qui parle de son métier comme d’un compagnonnage. Il explique aux jeunes médecins qu’il est normal d’avoir peur : ne pas avoir peur, ce serait dangereux.

Voilà un documentaire qui parvient à raconter l’hôpital comme un corps. Entre les doigts qui soignent, les fonctions vitales, et la tête qui administre. Comment coordonner ses mouvements quand on lui coupe l’oxygène financier ? Il est précieux de soulever la peau de ce grand corps malade pour observer ses entrailles.

« La fabrique du soin » : documentaire à voir en replay sur le site de France 3 Auvergne-Rhône Alpes.

Références

L'équipe

Dorothée Barba
Dorothée Barba
Dorothée Barba
Production
Dorothée Barba
Dorothée Barba