Carnet de chants 1914-1918 : podcast et émission en replay | France Inter

France Inter
France Inter
© Radio France
© Radio France
© Radio France
La foule des Parisiens manifeste sa joie sur les Grands Boulevards à Paris, le 11 Novembre 1918, à l'annonce de la signature de l'armistice entre l'Allemagne et les Alliés, mettant fin à la Première Guerre Mondiale.
"Victoire", c'est le titre tout simple de cette chanson. "Victoire", parce que c'est vraiment la victoire. Le 11 novembre 1918, la France est en liesse. La capitulation allemande est signée. La guerre est finie. La guerre est gagnée.
2 min
Livret de la chanson marche militaire créée par Bach avec les paroles de Louis Bousquet sur une musique de Camille Robert "Quand Madelon..."
Cette chanson s’appelle "Quand Madelon" et c'est un grand chanteur comique qui l'a créé en 1914, quelques mois avant la guerre. Ce chanteur c'est Bach.
2 min
Veillée de Noël dans les bunkers de Fort Douaumont en 1916
La France fait la guerre. La chanson française fait la guerre. La musique classique fait la guerre elle aussi. Vous allez ainsi reconnaître le "Noël des enfants qui n'ont plus de maison" de Claude Debussy qui a été créé à Genève avant d'être donné pour la première fois en France en avril 1916.
2 min
Poilu au repos, couche dans sa cagna (abri de fortune aménage dans les tranchées du front
Voici sur une magnifique valse composée par Vincent Scotto, "La Tranchée aux Etoiles", une bouleversante vision heureuse dans la nuit atroce du front.
2 min
Deux soldats du 12eme régiment posent devant l’entrée de leur abri
Ce n'est pas la seule chanson à s'appeler "La chanson des poilus" : il y en a facilement une demi douzaine, mais celle-ci, c'est la vraie. Celle qui a été créé par Noté, l'immense baryton Noté de l'Opéra de Paris.
2 min
Carte patriotique montrant une mère et son jeune enfant priant dans une église devant la chapelle de la Sainte Vierge, 1916
Xavier Privas a été sacré depuis longtemps "Prince de chansonnier". Mais pour l'instant, il fait la guerre avec ses armes de poète. Un poète extrêmement populaire.
2 min
Portrait de Jean Louis Forain (Jean-Louis Forain, 1852-1931), peintre, graveur et illustrateur realiste et impressioniste francais.
Cette chanson s'adresse à Jean-Louis Forain, le plus grand dessinateur de presse de l'époque.
2 min
Carte patriotique montrant un enfant avec un drapeau et des soldat de plomb faisant le salut
Les équilibres diplomatiques en Europe, cela ne fait pas des chansons et si l'on veut expliquer la guerre aux Français qui la font, il vaut mieux faire comprendre que l'Allemagne est une puissance barbare. C'est plus simple et c'est plus efficace.
2 min
Troupe de tirailleurs Sénégalais
Aujourd'hui, les "troupes indigènes" comme on les appelle : les tirailleurs sénégalais, les tirailleurs algériens, les tirailleurs marocains, toutes ces troupes venues de l'empire colonial français et constituées principalement de soldats non européens.
2 min
Les éditeurs pendant la première guerre mondiale, faisaient régulièrement publier dans les journaux des appels aux poilus pour qu'ils transmettent leurs photos qui étaient ensuite largement diffusées
C'est ce qu'on appelle du bourrage de crâne et c'est le quotidien des Français en guerre. Nous sommes ici dans les escaliers d'un immeuble. On papote avec la concierge et qu'est ce qu'on apprend que les sous-marins allemands vont tous être coulés.
2 min
Carte patriotique montrant un soldat en uniforme dans une tranchée protège par un ange
Le credo patriotique est aussi résolument catholique
2 min
Gravure illustrant l'épisode raconté dans "Hardi les gars"
Les zouaves sont l'élite de l'armée française. Ce n'est pas seulement leur uniforme pittoresque qui fait que ces unités, stationnées en Afrique du Nord pendant la paix sont particulièrement aimées des Français : les zouaves ont une réputation de vaillance, mais aussi d'insolence qui les rend populaires.
2 min

À propos du podcast

© Radio France
© Radio France

Pendant les quatre années de la Grande Guerre, les Français ont chanté. Avec enthousiasme, avec désespoir, avec haine, avec pitié, avec humour, avec patience… Bertrand Dicale a retrouvé ces chansons et vous propose de les (re)découvrir...

Pendant quatre ans, des milliers et des milliers de chansons ont été écrites pour dire cette guerre. Il fallait mobiliser contre l’Allemagne et l’Autriche- Hongrie, donner courage aux Poilus, consoler veuves et orphelins, justifier les sacrifices énormes de la nation, mais aussi critiquer les profiteurs de l’arrière, amuser les permissionnaires, faire rêver les soldats. 

Des caf’ conc’ bruyants aux temples de la musique classique, des casernes aux hôpitaux, des écoles primaires aux trains de permissionnaires, des ouvroirs des dames de charités aux salons des maisons closes, on a chanté la guerre de manière obsessionnelle. 

Puis, le 11 novembre 1918, on a rangé ces partitions, que l’on a oubliées. 

Bertrand Dicale a exhumé ces chansons dans les bibliothèques et les archives : grands succès des vedettes de l’époque, chants des régiments, hymnes patriotiques ou comptines apprises aux enfants, mais aussi chansons antimilitaristes circulant sous le manteau, manifestations de la plus hystérique haine du Boche ou refrains des troupes coloniales. Ces chansons ont été enregistrées par les voix du Choeur et de la Maîtrise de Radio France, dans un chantier de restitution et de re-création unique.

L'équipe