France Inter
France Inter
Publicité

Nous poursuivons notre route sur la carte et nous nous arrêtons cette semaine dans le département des Pyrénées Atlantiques avant de faire escale en Mayenne.

Nous donnons d’abord la parole un citoyen soucieux du devoir de mémoire et bénévole à l’Unicef. Il se prénomme Fabien et il se prépare à parcourir les 3000 kilomètres qui séparent le camp d’internement de Gurs à Auschwitz. Son aventure mémorielle prend un sens encore plus prononcé aujourd’hui puisque la mémoire de l’horreur refait surface en Ukraine. 

Les informations à retrouver ici ! 

Publicité

Nous sommes ensuite en Mayenne, chez une paysanne boulangère membre du réseau REPAS, un réseau de pratiques alternatives, qui organise des sessions de compagnonnage dans le milieu agricole et artisanal. Les infos, c'est par là ! 

On n’a jamais entendu autant parler de réimplantation des arbres qu’aujourd’hui. L’exemple en est donné par l’association Arbres et Agricultures en Aquitaine dont le siège est à Briscous dans les Pyrénées Atlantiques. Ici il est question d’agroforesterie, pratique de plus en plus adoptée par les paysans, les agricultures, les éleveurs et même les viticulteurs. Il s’agit de rendre sa place à l’arbre hors forêt dans les parcelles agricoles sur lesquelles on pratique l’élevage ou la culture végétale. Les formes d’agroforesterie sont multiples, en haies, en arbres émondés (les trognes) en arbres isolés ou en arbres fruitiers. On trouve même du vignoble agroforestier. L’association ne fait pas que conseiller ou replanter des haies. Elle anime des réunions locales d’information destinées aux agriculteurs ou aux professionnels concernés. Elle communique dans la presse régionale et sur le Net. Elle organise des journées d’échange et de formation. Elle opère un état des lieux également de l’agroforesterie en Aquitaine (référencement des exploitations, des implantations et des filières de production). Enfin elle fait un suivi des réalisations et elle établit un bilan annuel avec l’IGN. https://www.agroforesterie-aquitaine.com/

Je conclue par un courrier de Lola qui dénonce une jeune entreprise montpelliéraine : Transfarmers. L’invention de cette start-up est un pot de fleurs intégrant un lombricomposteur en terre cuite à placer dans son salon ou sur sa terrasse. Cette création est le fait entre autres de Louis diplômé de l’école d’ingénieur AgroParis Tech qui cherchait une solution de compostage adapté aux appartements. Le principe est simple : on dépose ses épluchures de cuisine ou son marc de café et les vers se chargent de les assimiler et de le transformer en aliments nutritifs pour la plante. Les pots sont conçus en matériaux naturels et durables et sont 100% Made in France. J’anticipe sur votre question : non, cela ne dégage aucune odeur. https://www.lestransfarmers.com/

Et pour retrouver en librairie Le Guide Tao de Carnets de campagne, c'est ici 

L'équipe

Philippe Bertrand
Philippe Bertrand
Philippe Bertrand
Production
Philippe Bertrand
Philippe Bertrand