France Inter
France Inter
Publicité

Cette semaine nous vous offrons des initiatives en provenance de tous les départements à commencer par une association récente qui s’inspire des premières écoles Etre nées il y a 4 ans en France.

Dans l’Allier c’est Etre en Bourbonnais qui nous intéresse plus particulièrement pour l’aide qu’elle apporte aux jeunes en décrochage scolaire afin de les orienter vers les métiers de la transition écologique. 

Autre initiative, bien plus ancienne, puisque lancée en 1984, l’association Asamla dont le but est de répondre aux besoins d’interprétariat médical et social. La visée globale est de faciliter l’intégration des populations immigrées.

Publicité

Régulièrement je m’arrête sur ces jeunes sans vouloir faire un catalogue d’âges et de générations, qui créent des activités qui se veulent souvent sinon toujours d’intérêt général. Je pense en particulier à Luca, 23 ans, créateur de la plateforme mobee travel qui permet aux personnes à mobilité réduite de partir en vacances avec tous les aménagements nécessaires et sans surcoût. La plateforme a recensé et vérifié plus de 30 000 hébergements pour leur accessibilité: hôtels, gîtes, campings, villas ou clubs vacances. L’utilisation est très simple : sur le site mobee travel , vous tapez votre destination, puis les dates de réservation souhaitées et le nombre de voyageurs. Apparaissent les offres labellisées mobee travel organisées en 4 paliers d’accessibilité. Le premier palier correspond aux logements accessibles à des personnes qui ont la possibilité de se déplacer seules, donc avec des aménagements simples qui facilitent le quotidien. Le quatrième et dernier palier est destiné aux personnes lourdement handicapées et dont tous les espaces sont accessibles sans effort avec la possibilité d’utilisé un matériel médical adapté. Par ailleurs la plateforme adopté le principe de l’arrondi solidaire sur le prix du séjour qui est reversé à Handicap International. mobee travel s’engage de son côté à doubler ce micro-don. Deux projets humanitaires ont été choisis avec Handicap International à Madagascar et au Cambodge.

Une invention qui va aider les professeurs des écoles qui doivent être nombreux à nous écouter en ce moment. Trois professeurs des écoles en quartier sensible à Rennes ont testé pendant un an un traitement de texte pour apprendre à lire. Il s’appelle Ridisi et selon leur témoignage, les enfants de Cp ont acquis un niveau de lecture proche de celui de CE2. Comme l’apprentissage de la lecture est une grande cause nationale en 2021 et 2022, nos correspondants ont inventé une méthode qui permet un gain de temps tout en différenciant les aptitudes de chaque enfant à l’apprentissage de la lecture. Cela se présente sous forme de grille sur laquelle chaque graphème (écriture du son est associé à un pictogramme-le son ch est associé par exemple à l’image du chat. Quand la création de la grille est terminée, elle s’adapte au traitement de texte qui apporte des éléments de lecture (grisement des lettres muettes ou soulignement des sons complexes et insertion des pictogrammes). Ce logiciel Ridisi sera proposé aux enseignants pour la rentrée 2022 et pour son développement nos 3 profs ont réalisé et réussi une campagne de financement. 

A la réception d’un précédent exemplaire du trimestriel So Good, j’ai manqué de vous détailler l’originalité de cette publication, alors comme j’ai le temps je me rattrape aujourd’hui. So Good est une publication du groupe So Press fondé par Franck Annese déjà auteur d’autres titres comme so foot, so film ou society. Il dit lui-même qu’il aimerait à la longue trouver autre chose que ces noms en So (je lui suggère toutefois un magazine culinaire qui s’appellerait Soce…). So Good le dernier né a l’ambition non pas de nous doper de bonnes nouvelles, mais de nous dévoiler un monde moins pire, ce qui revient en partie à nous faire découvrir des initiatives positives. Encore un cousin des Carnets. Le trimestriel en cours ( décembre-janvier-février) titre en couverture « Qui sauvera le grand bleu ? avec un détournement d’affiche du film de Luc Besson. So good est allé à la rencontre de ceux ou de celles qui nettoient les océans. Dans ce numéro, je retiens plus particulièrement la rencontre avec les fondateurs d’une communauté étonnante née d’une page d’entraide sociale sur Facebook : Wanted bons plans. Tout part d’une soirée un peu arrosée entre copains à Bordeaux. Aujourd’hui Jérémie, Luc et Christian sont à la tête sans le vouloir d’une communauté d’un million de suiveurs suite aux effets inattendus de leur groupe de recherche de bons plans. La plus belle illustration est le soir même de la tragédie des attaques terroristes à Paris où plusieurs milliers de personnes proposent d’ouvrir leur portes aux personnes en détresse ou se renseignent pour donner leur sang. Un wanted café s’est ouvert à Bordeaux, un café restaurant très solidaire avec ses plats suspendus. Un autre est en prévision à Paris. Entre-temps un tiers-lieu est inauguré à Bordeaux, le Rado, et puis comme si cela ne suffisait pas le trio est sollicité par des grandes marques et des institutions (comme santé publique France pour la promotion du mois sans tabac en novembre). Malgré ces succès, le groupe reste attaché à ses principes de base de la solidarité et de la non lucrativité. 

L'équipe

Philippe Bertrand
Philippe Bertrand
Philippe Bertrand
Production
Philippe Bertrand
Philippe Bertrand