France Inter
France Inter
Publicité

Ariège toute aujourd’hui, ou presque, puisque l’Ariège est au centre de ces carnets avec une proposition d’aide aux jeunes ruraux en particulier les 17-30 ans qui ont des projets en tête, mais qui manquent de conseils et de soutiens.

Le centre Léo-Lagrange et la communauté de communes Arize et Lèze profitent du Fonds national d’expérimentation de la jeunesse pour faire émerger des projets individuels et collectifs. 

Et puis nous vous parlerons d’une solution de coordination pour les professionnels de santé et les auxiliaires de vie sociale qui accompagnent les personnes âgées ou malades à leur domicile. L’innovation s’appelle Sipad et elle est le premier dossier social partagé.

Publicité

La Lettre de Paula a fait mouche. Il faut reconnaître que l’histoire qu’elle nous transmet est touchante et nous espérons, comme elle, qu’elle se poursuive encore longtemps. C’est l’histoire d’un petit artisan, c’est l’expression de Paula (Pour moi il n’y a ni grand, ni petit, mais uniquement des savoir-faire et des mains en or). Nous sommes à la Bastide du Salat en Ariège dans le fabuleux atelier du « Mouton des Pyrénées ». Sur le site du dit mouton, on peut lire la chose suivante : « les apparences sont parfois trompeuses, sous ses allures sauvages et bucoliques, l’Ariège abrite les vestiges d’un incroyable passé industriel ». Dans l’atelier ce qui frappe au premier coup d’œil, ce sont les piles de peaux de mouton et des cuirs rigoureusement empilées sur les étagères. Le maître des lieux est David qui crée des chapkas, des toques et des chaussons à partir de ces peaux de mouton. Tout est fait main évidemment sur des machines pour ainsi dire uniques qui remontent aux origines de l’atelier ouvert par le grand-père de la compagne de David. Pour la belle histoire, David a reçu en 2013 le prix du meilleur repreneur d’entreprise de l’Ariège, et pour la moins belle histoire, notre artisan se bat pour sauver son activité en n’hésitant pas à travailler sur des chantiers de bâtiments pour financer le Mouton des Pyrénées. Paula conclue son courrier ainsi « Nous aimerions que notre région ne perde pas ses artisans, les uns après les autres, parce qu’ils ne peuvent pas concourir avec les produits fabriqués en Asie ». Je vous invite à aller sur le site de l’atelier, ce que fait David, c’est du grand art. 

Tenez, on termine ce tour ariégeois avec Lucie qui a quitté Lyon pour s’installer en Ariège avec sa petite famille. Bien qu’autodidacte en couture, c’est la naissance de son premier enfant en 2015 qui la porte à imaginer la création de sa propre ligne de vêtements. C’est en 2020 que la reconversion se concrétise avec les Zotonomes, des vêtements non genrés, confortables taillés dans des chutes de tissus en matières naturelles. Aujourd’hui la petite entreprise de Lucie est associée à plusieurs industriels qui lui fournissent les tissus provenant de chutes ou de rouleaux comportant des défauts. Son objectif est le zéro chute en fin de parcours de fabrication.

L'équipe