France Inter
France Inter
Publicité
Résumé

Deux initiatives fortes aujourd’hui : la première parce qu’elle relève de l’indispensable.

En savoir plus

La deuxième parce qu’elle offre un espoir inédit aux personnes victimes d’une lésion de la moelle épinière. Les Ateliers Amasco sont des ateliers ludiques et éducatifs qui offrent une opportunité aux enfants de milieux modestes de limiter les écarts avec les autres durant les vacances scolaires. Michel Wendling, président et co-fondateur des Ateliers Amasco est notre première invité.

L’association Neurogel en Marche expérimente un traitement révolutionnaire de reconstruction de la moelle épinière après un accident synonyme de para ou de tétraplégie. Rémi Bonnel, paraplégique depuis 7 ans et membre de l'association Neurogel en Marche est le second invité de ces Carnets.

Publicité

Quand l’université s’intéresse au village est l’invocation associée au premier prix de l’innovation rurale. Ce prix est le fruit du travail de Paul-Mathieu, correspondant des Carnets et doctorant à l’université de Paris-Dauphine. Portée par différents collectifs dont celui que nous apprécions y compris pour son nom, Bouge ton coq, ce prix a pour ambition de donner une image positive des territoires ruraux (bienvenue au club) et à devenir une plateforme d’échanges et de rencontres entre chercheurs, étudiants et décideurs. Des analyses seront ensuite mises à disposition des territoires ruraux. Pour cette première édition, 92 candidatures en provenance de 55 départements différents ont été déposées et 11 projets ont été primés. Premier lauréat, une plateforme que nous avons présentée dans de précédents carnets, la SAS Coclicaux dans les Côtes d’Armor qui a reçu 5000 euros et un plan de communication de l’organisation du prix. Coclicaux met en relation, via sa plateforme les professionnels de l’agriculture avec les artisans des métiers de bouche pour mettre en commun les stockages et les livraisons.. Le trophée de l’innovation revient de son côté à l’entreprise toulousaine Agreenculture (une agriculture verte) pour son robot agricole autonome, Céol, une machine connectée qui pourrait ressembler un gros motoculteur sur chenilles qui effectue des actions de binage et de broyage. Cette création est en phase de pré-commercialisation auprès de 10 bêta-testeurs avant une mise sur le marché en 2022. Allez jeter un œil sur l’engin si cela vous tente sur le site de l’entreprise. 

Références

L'équipe

Philippe Bertrand
Philippe Bertrand
Philippe Bertrand
Philippe Bertrand