Publicité
Résumé

Deux bonnes initiatives qui méritent comme toujours d’être écoutées et surtout propagées.

En savoir plus

La première vient en aide aux personnes en situation précaire grâces aux nouvelles technologies. En effet on a constaté que 90% des personnes sans domicile possédaient un téléphone portable.  C’est sur cette base qu’est né le Soliguide. Dans le prolongement,  l’association Solinum a créé Merci pour  l'invit'! un réseau d’hébergement citoyen réservée  aux femmes sans domicile fixe. 

Deuxième initiative, cette fois en  provenance d’une communauté de communes de Moselle aux portes de  l’agglomération de Nancy, qui consiste à former des habitants au compostage afin de transmettre le plus simplement cette technique aux  autres. Les retours d’expérience sont très positifs. Les inscriptions à la prochaine formation de guide-composteur les 22, 29 mai et 5 juin prochain (pour les habitants de la communauté de communes Moselle et Madon) sont ouvertes

Publicité

Je  signalais récemment les 20 ans des AMAP, ces associations de maintien  d’une activité paysanne avec Denise Vuillon, fondatrice de la première  association à Ollioules en 2001. Plusieurs courriers nous ont demandé de préciser que les paniers proposés aux adhérents peuvent se garnir de  différents produits outre les habituels fruits et légumes à savoir de la  viande, des œufs, du pain et tout ce qui se conjugue avec une  alimentation saine et de proximité. Je retiens plus précisément le  courrier de Gérard, amapien dans le Vaucluse qui nous alerte d’un vent de colère des petits producteurs fermiers de volaille et d’œufs qui sont  soumis aux mêmes réglementations que les élevages industriels. Ces  réglements sont censés lutter contre les cas de grippe aviaire et de  légionellose qui peuvent affectés les usines à volailles suite aux  transports successifs des animaux. Notre correspondant ajoute que ces  petits producteurs qui font de l’élevage en plein air (du vrai, pas du  portail automatique pour aérer les milliers d’animaux sur un bout de terrain)  et en bio, sont au bout du rouleau. Pour éviter la fin de ces  fermes familiales d’élevage, des amapiens, des consommateurs et des  éleveurs ont créé le collectif Sauve qui poule depuis le Vaucluse en  lançant en appel aux éleveurs des autres régions à rejoindre le  mouvement afin de faire entendre leur voix haut et fort.  

Références

L'équipe

Philippe Bertrand
Philippe Bertrand
Philippe Bertrand
Philippe Bertrand