Publicité
Résumé

Il y en a pour tous les goûts aujourd’hui.

En savoir plus

D’abord avec un  collectif artistique de musiques improvisées qui garde le moral et propose des  concerts dans votre salon, encore faut-il habiter du côté de Bayeux et  de Caen. Mélanie Dallois, membre du bureau du Collectif PAN est notre première invitée.

Ensuite une initiative solidaire pour toucher un public qui  méconnaît encore les hauts cantons de l’Hérault autour de Lodève et  Bédarieux. Daniel Pïerson, délégué de "Patrimoines Hérault Tourisme" est le second invité de ces Carnets.

Publicité

Enfin je vous inviterai à une  sortie bucolique et  instructive dimanche dans un lieu presque perdu mais qui s’est bien  retrouvé.  

Se nourrir bien, pas cher  et  à deux pas de chez soi  quand on habite en ville n’est pas chose  aisée. Pourtant le confinement a prouvé que le consommer local était de  plus en plus invoqué. D’un côté la quête du bio et du circuit court et  de l’autre la demande pressante de maraîchers à trouver un espace de  production. C’est pour répondre à cette double demande que s’est créée  une SCIC, société coopérative d’intérêt collectif, dénommée La Ceinture Verte Pays de Béarn. L’Objectif est de permettre l’ouverture chaque  année d’une dizaine de fermes maraîchères déjà équipées à des candidats à  l’installation via un contrat de coopération à long terme. Sur cette  première opération lancée en novembre 2019 avec la communauté  d’agglomération de Pau-Pyrénées, d’autres SCIC La Ceinture verte ont vu  le jour comme en 2020 avec Valence Romans Agglo puis Ceinture verte  Drôme. Le calcul des besoins des agglomérations est simple. Prenons le  cas de celle de Pau : pour satisfaire seulement 10% des besoins, 200  hectares de cultures maraîchères seraient nécessaires alors qu’il  n’existe actuellement que 70. Au fur et à mesure des communes entrent au  capital de la SCIC en prévision du prochain départ à la retraite  d’exploitants agricoles qui pourraient laisser place à des producteurs  en circuits courts. Quelques précisions techniques pour celles ou ceux  qui souhaiteraient faire partie de l’aventure : le programme s’adresse à  des maraîchers déjà formés avec au moins une saison complète  d’expérience. Une cotisation mensuelle est exigée en contrepartie de  l’aide à la production et à la vente réalisée avec la coopérative. Les  maraîchers accompagnés restent indépendant tout en étant membre de la  SCIC et ils participent à la gouvernance de celle-ci. Les  investissements sont donc limités pour les candidats même si le matériel  de travail et les consommables restent à leur charge. Une campagne d’installation 2021/2022 est en cours. 

Références

L'équipe

Philippe Bertrand
Philippe Bertrand
Philippe Bertrand
Philippe Bertrand