Pierre Desproges tient sa plume ! ©Getty - Sophie Bassouls - Sygma
Pierre Desproges tient sa plume ! ©Getty - Sophie Bassouls - Sygma
Pierre Desproges tient sa plume ! ©Getty - Sophie Bassouls - Sygma
Publicité
Résumé

Un auditeur écrit à l'humoriste et propose de nouvelles paroles pour la Marseillaise. Démilitariser les hymnes nationaux, ça c'est une idée ! Pierre Desproges a son projet de paroles : "Chers auditeurs vous allez assister à un massacre, parce que le public du Studio 109 où nous enregistrons, va m'aider à chanter !"

avec :

Pierre Desproges (Ecrivain, humoriste).

En savoir plus

J'ai honte, j'ai vraiment honte. 

Je ne réponds pratiquement jamais au volumineux courrier que suscitent ces chroniques. Pourtant, je pourrais profiter des rares loisirs que me laissent mes diverses occupations actuelles pour remercier M. Le Goff, de Bagneux. M. Antzack, de Saint-Denis, Mme Desportes, de Paris, M. Rivet, d'Angers, M. Chazelas, de Joué-les-Tours, entre autres. 

Publicité

Mais je ne le fais pas. Je ne sais pas pourquoi. Je préfère aller jouer au golf ou mettre du vin en bouteilles, et utiliser les timbres que m'envoient ces braves gens pour répondre à Madame Letersier, de Caen, M. Cohen, de Tulle ou M. Lefèvre, de Valence. Lesquels m'adressent des lettres d'injures, mais sans joindre de timbre pour la réponse. 

Hier par exemple, je me suis servi du timbre de M. Barnu, de Lyon, qui s'extasiait (assez servilement d'ailleurs) sur ma générosité de coeur, pour répondre, "toi même" à M. Jean-Yves Lara, de Nantes, qui m'avait traité de "fumier". Il y a des invectives qu'on ne saurait laisser glisser. 

Cela dit, quand j'entrevois la possibilité de greffer mon imagination vacillante sur une bonne idée d'un auditeur, j'aurais, convenez-en, tort de me gêner. Tenez, voici ce que j'ai reçu de M. Portal, de Vannes : 

Cher chroniqueur de l'Amour Exceptionnel (c'est moi).
Nous sommes un groupe d'amis, adhérents de l'AERE (Association pour l'éveil à la responsabilité à l'école) qui regroupe 250 personnes en France (parents plus enseignants).   
Pour jouer, et parce que nous aimons notre pays, nous proposons de nouvelles paroles pour
La Marseillaise.
Car si l'air est pur, il est indigne que les soldats y mugissent. (Il a raison, le mec)
Nous venons d'adresser à René Monory et à Jean-Pierre Chevènement (dans un but de cohabitation décente) les paroles qui suivent.   
S'ils veulent, s'ils peuvent, si ça vaut le coup, ils savent.
 

Alors voilà les paroles de monsieur Portal et de sa bande des 15... euh, les 250 de l'AERE :

Allons, enfants de la patrie / Le jour de gloire est arrivé / Liberté, liberté chérie / Ton soleil, enfin, s'est levé (bis). (poum poum) / Entendez-vous dans les campagnes / Retentir ces joyeux éclats / Ce sont les ris et les vivats / De nos filles et de nos compagnes. (Refrain) 

Au travail, citoyens / Traçons notre sillon / Courage, allons, qu'un air plus pur / Emplisse nos poumons. (pon pon pon) 

"Vous admirerez, me dit monsieur Portal, l'économie générale du texte et pardonnerez peut-être l'écologie facile et le sexisme latent", conclut M. Portal. (Il est vraiment obsédé lui). 

Démilitariser les hymnes nationaux, ça, c'est une bonne idée 

Il est tout de même inouï de constater que dans tous les pays du monde où ce sont les civils qui font le pain, les maisons, les outils et les chansons, les fêtes nationales et leurs hymnes glorieux sont, au mieux, des apologies de l'engeance kaki parasitaire ou, au pire, des appels hurleurs au meurtre guerrier. À l'instar de M. Portal, et si les ministères concernés m'avaient fait l'honneur de solliciter mon avis quant aux paroles de La Marseillaise, j'eusse depuis longtemps déploré que les soldats y mugissassent et préconisé vivement que les objecteurs y roucoulassent, que les bergères y fredonnassent et que les troubadours s'y complussent. 

Et puis, d'abord, pourquoi un seul hymne pour tout le monde ? Pourquoi pas une Marseillaise à la carte pour chaque corps de métier ? Pour chaque minorité ? Pour chaque Français, nom de Dieu ! 

Pourquoi moi, par exemple, qui suis obsédé gérontophile à tendance maniaco-hygiénique, pourquoi n'aurais-je pas MON hymne national, MA marseillaise que je chanterais debout à tous les coups, si j'ose dire ? 

J'ai déjà un projet de parole. Vous voulez que je vous la chante, oui ? Bon. 

Alors maintenant, chers auditeurs, vous allez assister à un massacre parce que le public du Studio 109 où nous enregistrons cette émission, va m'aider à chanter. Ça va être horrible. Alors passez vite sur RTL ceux qui n'aiment pas ça, les mauvais français, barrez-vous sur Europe 1.

Allons au fond de la gât'rie / Le jour de foire est arrivé. / Entre nous faut que j'tire mamie / Y a mon dard tremblant qu'est levé / Y a mon dard tremblant qu'est levé. / M'fous pas des coups dans les baballes /   J'suis gercé, faut rester sous l'drap. / L'hygiène, c'est jusque dans nos bras / Pour dégorger nos vits à la campagne.

Oh, ça, mais c'est très bien / Faut r'mettre l'oisillon. / Lâche-mon, lâche-mon / Cal'çon guimp' pure / J'approch' de ton sillon.

Quant à ces féroces soldats, je l'dis, c'est pas pour cafter, mais ça m'étonnerait qu'y reviennent.

Aller plus loin

Références

Programmation musicale

  • 23h56
    The first time ever i saw your face
    The first time ever i saw your face
    EWAN MACCOLL (Compositeur)
    The first time ever i saw your face

    , JAMES BLAKE

    Album The first time ever I saw your face (2020)

L'équipe

Pierre Desproges
Production