Pierre Desproges
Pierre Desproges
Pierre Desproges ©AFP - Isabelle Alexandre
Pierre Desproges ©AFP - Isabelle Alexandre
Pierre Desproges ©AFP - Isabelle Alexandre
Publicité
Résumé

Mes chers amis. C'est avant tout en tant que président de l'Association des non-handicapés de France que je m'adresse à vous ce soir...

avec :

Pierre Desproges (Ecrivain, humoriste).

En savoir plus

Nous formons mes chers amis, dans ce pays, une minorité certes, mais cette minorité, comme les autres minorités, a le droit de se faire entendre. Et, pour cela, nous devons nous unir et montrer au monde que nous existons, avec nos différences, certes, mais ces différences, les autres doivent, au nom de la solidarité nationale, les reconnaître et les accepter.

Nous sommes des hommes comme les autres. Nous ne gênons personne en allant travailler tous les matins la tête haute sans canne blanche, ni béquille. 

Publicité

Si la nature nous pousse à avoir des rapports intimes avec des personnes du sexe opposé au nôtre, en quoi cette singularité dérange-t-elle le bourgeois ?

Nous devons dénoncer le racisme dont nous sommes de plus en plus souvent les victimes. J’en parle en connaissance de cause. Pas plus tard qu’hier, mon fils, qui vient d’avoir 7 ans, est rentré de l’école en larmes :

  • Papa, m’a-t-il dit, qu’est-ce que c’est qu’un blanc ?
  • Je dois dire que je ne m’attendais pas à cette question si tôt. Oh, je savais bien qu’un jour ou l’autre nous devrions en passer par là. Mais pas si tôt. J’étais désemparé.
  • Pourquoi me demandes-tu cela, mon garçon ? ai-je demandé en le prenant sur mes genoux pour le consoler.
  • Ben à l’école, les autres se sont moqués de moi, ils m’ont montré du doigt en criant : "Ah le blanc euh, ah le blanc euh !" C’est quoi, papa, un blanc ?
  • Un blanc, c’est… c’est un homme comme un autre !
  • Alors pourquoi les autres ils se moquent ?
  • Ben ils ont tort ! Vois-tu, nous avons… nous avons nos coutumes, notre religion qui ne sont pas tout à fait les mêmes que les leurs. Nous portons des pantalons, nous mangeons avec des fourchettes, nous buvons du vin et, c’est vrai qu’il y a dans le vin comme un goût primitif qu’on ne retrouve pas dans l’eau ! Cela peut surprendre… Mais tu ne dois en aucun cas, mon enfant, en avoir honte. Nous sommes blancs, descendants des Gaulois et des Francs et alors !
  • Les raisons de nous en féliciter ne manquent pas, le franc est stable. Et jamais les Gaulois n’ont donné la gale aux Romaines ; nos Charolais sont laids, mais nos Bordelaises sont girondes ; l’Alsace nous a donné ses ballons, Sophia nous a donné la Lorraine ; nos ancêtres du Berry nous ont donné le béret et nos ancêtres basques, les baskets… 
  • L’art blanc, mon enfant… l’art blanc existe autant que le l'art fumé ! La Joconde, Versailles, le Cid, le jeu des mille francs, c’est nous ! La bombe H et le Mistral gagnant, c’est nous ! Austerlitz, c’est nous ! Auschwitz, c’est loin… Mon enfant, nous sommes blancs et nous devons assumer notre blanchitude !
  • Mais pourquoi on est blancs, papa ?
  • C’est naturel… C’est Dieu qui l’a voulu ainsi ! D’ailleurs, l’été nous ne sommes plus très blancs, il nous suffit d’aller au soleil et de ne plus bouger, c’est chiant, mais ça banalise !
  • Oui papa, mais eux ils ont du pot, ils ont même pas besoin d’aller au soleil.
  • Oui, mais ça c’est un autre problème, c’est parce qu’ils n’ont pas les moyens, ils gaspillent tout leur argent en nourriture… Vois-tu mon chéri, nous ne sommes pas tellement à plaindre.

J’ai réussi à consoler cet enfant… mais pour combien de temps ? Combien de temps encore devrons-nous subir les humiliations des minorités handicapées de ce pays ?

L’affaire Jean Dupont a certes secoué les torpeurs et ému les esprits. Mais il aura fallu ce drame pour que le gouvernement vote enfin le décret de reconnaissance publique de l’Association des non-handicapés de France.

Les faits sont connus de tous, mais nous les répèterons une fois de plus à l’intention du grand rabbin nègre non-comprenant de l’Association pour le racisme et contre l’antisémitisme, qui a tenu à être des nôtres ce soir, pour montrer à tous qu’à ses yeux, nous étions des Français à part entière.

Lors des derniers Jeux olympiques pour handicapés, la finale du quatre cents mètres haies mettait aux prises une équipe de trente chômeurs émigrés cancéreux non-voyants à la colonne vertébrale brisée à tout jamais, et un non-handicapé de quarante ans, Monsieur Jean Dupont, auvergnat, hétérosexuel et cadre.

Ce dernier arriva le premier avec trente-neuf heures, douze minutes six secondes d’avance sur le second. Par la suite, Jean Dupont devait reconnaître qu’il avait été distrait et qu’il était fatigué le jour de la compétition, c’est cette distraction qui lui avait fait oublier qu’en pareil cas, le non-handicapé doit attendre les handicapés. 

De même qu’à l’école, les surdoués doivent attendre que les tri-chromosomiques aient compris 1 plus 1 = 2, avant de passer le mois suivant à 2 plus 1 = 3.

Mais cela n’excuse en rien que de retour aux vestiaires, les chômeurs émigrés cancéreux non-voyants à la colonne vertébrale brisée à tout jamais aient roué le malheureux de coups de canne blanche avant de lui rouler sur le corps jusqu’à ce que mort s’ensuive en chantant la chanson pour l’Éthiopie.

N’ayons pas peur des mots mes amis. C’est une attitude qui est contraire à l’esprit de la Déclaration des Droits de l’Homme. Jean-Marie Le Pen ne me contredira pas sur ce point. Et c’est bien ce qui m’emmerde.

Quant à ces féroces soldats, je le dis, c'est pas pour cafter, mais ils font rien qu'à mugir dans nos campagnes.

Aller plus loin

Références

Programmation musicale

L'équipe

Pierre Desproges
Production