Pierre Desproges
Pierre Desproges
Pierre Desproges ©Getty - Frédéric Reglain
Pierre Desproges ©Getty - Frédéric Reglain
Pierre Desproges ©Getty - Frédéric Reglain
Publicité
Résumé

Imaginez, face au Léman gris-bleu que la mouette escagasse, l'un des plus beaux palaces hôtels de Genève...

avec :

Pierre Desproges (Ecrivain, humoriste).

En savoir plus

Un grand beau cube adouci aux entournures, cachant aux yeux du populaire, sous sa brillante carapace de verre fumé, des chambres de princesses et des salons d'ébène où seuls le cliquetis assourdi d'une cuillère d'argent sur un cristal de Daum ou le froissement craquelé d'un billet de cent dollars viennent parfois troubler à peine le silence feutré des moquettes vert tendre si profondes que les plus petits émirs, chatouillés sous les bras par leurs doux poils de laine blanche épurée, les parcourent en pouffant d'un beau rire oriental...

J'y vins dormir trois nuits aux frais de mon éditeur

Publicité

Lequel, ébloui par le chiffre de mes tirages, au seuil de l'année nouvelle, m'avait envoyé ronronner là pour que je m'y partageasse entre deux interviews compassées par-ci et deux intervieweuses compassées par-là, avec des gros lolos pour la partie ludique. 

Au soir du troisième jour, alors que l'hôtel était bondé d'une horde gominée de parvenus de style Vuitton-Cartier, atterris en ces lieux pour assister à je ne sais plus quel Salon de la décoration de bureau pour amateurs d'ordinateurs Louis XV, voici qu'apparaît à la réception et à l'improviste un magnifique ministre princier d'un État du Golfe, avec une noble tête de pirate du désert sur un ensemble Balmain pied-de-poule, et un gorille élastique et camionnal, beau comme un Depardieu rectifié au brou de noix.

  • Cher réceptionniste, dit le ministre, outalib bi alrorfa mia oua tamani ya oua talatin. 
  • Plaît-il ? s'étonna le réceptionniste.
  • Well, dit l'armoire. De prince says dat he would like to get de room one hundred and thirty eight.

Le réceptionniste, hélas, dut s'aplatir en excuse navrées : la suite 138, celle que le prince et son Rocky-des-sables habitaient habituellement, était exceptionnellement occupée. Son Altesse aurait dû réserver. Mais il restait une chambre simple, la 147. Or, le ministre exigeait que son garde du corps dormît dans la même suite que lui, sur un lit de camp dans la pièce contiguë. Hélas, oula, oula, cette nuit-là, non seulement il ne restait qu'une chambre, mais tous les lits de camp avaient été réquisitionnés pour les épouses et les hétaïres des cadres brillantinés susdécrits. 

  • Son Altesse accepterait-elle exceptionnellement que son collaborateur dormît à l'étage du dessus où restait une chambrette mansardée sous le toit ?
  • Ya Rarab bi teq ! hurla le ministre. 

Ce qui peut se traduire en substance par "Putain de bordel de merde ça va chier nom de Dieu

Le réceptionniste affolé réveilla le directeur. Le prince était le meilleur client de l'hôtel. L'été, il venait prendre les eaux du lac avec son harem, les cousines de son harem, les sœurs des cousines de son harem et des tas de potes sous-émirs pétrolifères djellabiques qui venaient déverser leurs milliards superflus par les fenêtres du casino. La seule exigence de ce client en or était qu'on fit dormir son musclé près de lui. 

  • Je suis infiniment confus, dit le directeur. Je ne vois qu'une solution. 

Ce serait que Monsieur, ajouta-t-il en montrant la bête humaine, veuille bien coucher dans le lit de Votre Altesse, dans la chambre 147. Je ferai remarquer à Votre Altesse qu'il s'agit d'un lit de deux cent cinquante centimètres de large. Ce qui exclut toute... éventualité de... promiscuité désobligeante. N'est-ce pas ? ajouta t il avec un accent vaudois approximatif, car il était de Berne.

  • Ya Rarab bi teq ! rehurla la seigneurie, signifiant qu'il n'était absolument pas question qu'un prince de sang s'allongeât jamais dans les mêmes draps qu'un roturier du même sexe. 

Finalement, c'est une petite soubrette espagnole qui trouva la solution. Elle suggéra timidement qu'on mît trois draps dans le lit. Le prince dormirait entre le premier et le deuxième drap. Le gorille entre le deuxième et le troisième drap. 

On l'applaudit. On fit comme elle l'avait dit. Tout le monde dormit bien cette nuit-là. Le prince n'épousa pas la soubrette, mais il lui fit porter des fleurs tout à fait merveilleuses qui la firent s'émouvoir de ravissement. 

Cette fable, bien sûr, ne vaut que parce qu'elle n'en est pas une. Elle est authentique. Et rassurante, dans la mesure où elle nous prouve qu'on a souvent besoin d'un plus petit que soi pour réussir le clivage des classes sociales dans les contes à dormir couché. 

Quant au mois de mars, Ya Rarab bi teq, je le dis sans aucune arrière-pensée politique, ça m'étonnerait qu'il passe l'hiver. 

C'est étonnant, non ?

Aller plus loin

Références

Programmation musicale

L'équipe

Pierre Desproges
Production