Hydrogène vert au Danemark
Hydrogène vert au Danemark - France Hydrogène
Hydrogène vert au Danemark - France Hydrogène
Hydrogène vert au Danemark - France Hydrogène
Publicité

L’hydrogène est l’élément le plus abondant et le plus ancien de l’Univers…

Philippe Boucly, président de France Hydrogène a présenté dans les Chroniques Littorales la réalité de l’hydrogène en France. Réunissant plus de 400 membres, France Hydrogène fédère les acteurs de la filière française de l’hydrogène structurés sur l’ensemble de la chaîne de valeur.

L’hydrogène est en effet un gaz non toxique et très énergétique, à masse équivalente plus de deux fois plus que l’essence et le gaz naturel et trois fois plus que le gasoil. Il est capable de produire de la chaleur et de faire fonctionner des moteurs par combustion directe: moteurs thermiques à pistons, turbines à gaz et moteurs fusée avec dans tous les cas comme rejet, de l’eau pure. Mais surtout, dans les piles à combustible il peut produire directement de l’électricité et de la chaleur récupérable avec, là encore, comme seul résidu, de l’eau. Jusqu’à ce jour, on a affirmé que l’hydrogène ne se trouvait dans la nature qu’à l’état combiné, essentiellement dans l’eau et les hydrocarbures. Il était donc nécessaire de le produire. En cela, comme l’électricité, il n’était pas à proprement parler une énergie mais seulement un vecteur d’énergie.

Publicité

Or il n’en serait peut- être rien car dans certaines régions du globe existent des émanations d’hydrogène naturel12. Cette découverte a eu pour prolongement immédiat le développement de deux unités pilotes de captage de ces émanations en vue d’expérimenter et de mettre au point leur exploitation. L’une est au Kansas, aux Etats Unis, l’autre est au Mali au sud de Bamako. Mais également en Espagne, près de Saragosse, a été découvert de l’hydrogène dans la croûte terrestre lors de forage profonds pour l’exploitation pétrolière et gazière. L’intérêt pour cet hydrogène naturel est renforcé par le fait que des relevés par satellites semblent montrer qu’il existerait de tels gisements d’hydrogène en de nombreux points du globe avec une répartition sur tous les continents.

Le vecteur d’énergie hydrogène deviendra-t-il une énergie naturelle ? Voire une énergie renouvelable s’il est prouvé que le processus de sa formation dans le manteau terrestre, ou plus en profondeur, est continu, c'est-à-dire que cet hydrogène n’est pas en quantité limitée préexistante. A suivre. Un point important à souligner est que la production d’hydrogène par électrolyse de l’eau avec de l’électricité fournie par les énergies renouvelables (éoliennes, capteurs photovoltaïques, barrages hydrauliques), produit sans empreinte carbone, «hydrogène vert», permet, sans polluer, à la fois de stocker, de transporter et de réutiliser ces énergies. En d’autres termes de compenser les principaux inconvénients de ces énergies d’être intermittentes, instables et non stockables.

Eolienne Panneaux photovoltaïques Barrage hydroélectrique, adopter l’hydrogène comme vecteur d’énergie – conservons encore cette dénomination - demande de le produire, - peut être à l’avenir de le capter -, de le stocker puis de le distribuer et enfin d’assurer la sécurité de son utilisation. Cela implique une importante mise en œuvre s’appuyant à la fois sur des technologies avancées et sur de gros investissements, le tout dans un contexte de volonté politique affirmée. A ce jour, l’objectif est d’abaisser les coûts de l’hydrogène et d’en faciliter l’emploi tout en le faisant admettre par le grand public. C’est pourquoi en Asie, en Amérique du nord, et en Europe existent des programmes «hydrogène» nationaux et régionaux tout autant que des initiatives privées de petites et moyennes entreprises et de grands groupes industriels avec, dans tous les cas, des  financements appropriés. Pour ce qui concerne la France, ces dernières années, a été établi par le Ministère de la Transition écologique et solidaire, un « Plan de Déploiement de l’hydrogène pour la transition énergétique» - Plan Hulot - publié le 1er juin 2018.
Puis, en 2020, dans le cadre du plan gouvernemental « France Relance » il a été décidé de prendre officiellement en compte l’hydrogène énergie par la création d’un « Comité National Hydrogène »13 et dans les prochaines années d’allouer 7,2 M€ à ce vecteur d’énergie. Actuellement, de par le Monde, au-delà des recherches fondamentales, appliquées et de développement se mettent en place les éléments technico-économiques de ce qui sera la filière hydrogène–énergie.