La relocalisation est possible. Et pour les activités maritimes ?
La relocalisation est possible. Et pour les activités maritimes ? ©Getty - Bill Clark/CQ-Roll Call, Inc
La relocalisation est possible. Et pour les activités maritimes ? ©Getty - Bill Clark/CQ-Roll Call, Inc
La relocalisation est possible. Et pour les activités maritimes ? ©Getty - Bill Clark/CQ-Roll Call, Inc
Publicité

La globalisation est arrivée à bout de souffle, et la localisation reprend force et vigueur autant par le volonté de l'homme que les circonstances géopolitiques actuelles. Du global au local, quand la mondialisation perd du terrain face à la localisation

La relocalisation du monde, sous la plume de Cyrille Poirier-Coutansais, directeur de recherches au Centre d’études stratégiques de la Marine, et spécialiste reconnu de l'espace maritime, est un un protocole apparu avant la crise Covid, prouvant que la globalisation est arrivée à bout de souffle, et que la localisation reprend force et vigueur autant par le volonté de l'homme que les circonstances géopolitiques actuelles.

Ainsi, les grandes "thèses" de la mondialisation sont aujourd'hui obsolètes et non permis qu'à une minorité d'en profiter alors que la majorité en a souffert. En somme, aujourd'hui le monde se relocalise. 

Publicité

Pour les Chroniques Littorales, Cyrille Poirier-Coutansais développe sa thèse en l'appliquant au monde maritime.

Cyrille Poirier-Coutansais : La relocalisation est aujourd'hui possible

Cyrille Poirier-Coutansais : "C'est une rupture majeure qui advient. On en parlait, mais ce n'était pas possible. 

Aujourd'hui grâce à des innovations techniques (imprimantes 3D, arrivée de la 5G...), on est en capacité de produire sur certains segments au même prix que dans des pays à bas coût.

Pour la mer ? pas de gros changement en revanche

90% des échanges commerciaux se font par la mer. Mais sur ces échanges, 50% sont du transport de matières premières : du blé, du sucre, du café, du cacao... Cela ne changera pas. Un tiers du transport en mer sert au pétrole, et au gaz. Certes, il y a la transition énergétique, mais ce n'est pas encore très visible. Et les porte-containers (15% du transport maritime) serviront encore puisque tout ne peut pas être relocalisé."

La relocalisation du monde, CNRS Editions, par Cyrille Poirier-Coutansais

L'équipe

Jose Manuel Lamarque
Jose Manuel Lamarque
Jose Manuel Lamarque
Jose Manuel Lamarque