No Money Kids, Matthis Pascaud & Hugh Coltman
No Money Kids, Matthis Pascaud & Hugh Coltman ©Radio France - Marion Guilbaud
No Money Kids, Matthis Pascaud & Hugh Coltman ©Radio France - Marion Guilbaud
No Money Kids, Matthis Pascaud & Hugh Coltman ©Radio France - Marion Guilbaud
Publicité

Côté Club, le rendez-vous de toute la scène française et plus si affinités, reçoit Hugh Coltman et Matthis Pascaud pour un album hommage à Dr John, ainsi que No Money Kids pour le quatrième album, Factory. Bienvenue au Club !

Hugh Coltman & Matthis Pascaud

Album : Night trippin'

Avec cinq albums solo au compteur, Hugh Coltman est toujours avide de collaborations (on se souvient de celles avec Spleen ou encore sa participation à l’aventure Nouvelle Vague), l’américain exilé à Paris depuis 1991, s’est cette fois-ci entouré du guitariste de jazz Matthis Pascaud, fondateur du quartet Square One, pour rendre hommage au mythique pianiste de blues à l’aura sulfureuse, Dr John.

Publicité

Hugh Coltman & Matthis Pascaud - "Jump Sturdy"

3 min

Avec Night Trippin’, ils dépoussièrent avec brio la période sixties du pianiste décédé en 2019. Au départ, musicien de studio pour des pointures comme Otis Redding, Dr John s’est ensuite illustré avec des albums qui l’érigeront en véritable porte étendard de la culture louisianaise. Figure scandaleuse (il fut notamment gérant de maison close), Dr John s’est, dès le début créé un personnage hors normes et une musique à son image : métissée, originale, souvent fantasque.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour rendre hommage à l’œuvre du Witch Doctor, Hugh Coltman et Matthis Pascaud ont opté pour une prise de son vintage : enregistré au studio Mercredi Neuf dans l'Est parisien sur bandes avec de vieux micros dans les conditions du live, tout le groupe jouant dans la même pièce et sans casque. Résultat : un album aux sonorités rocailleuses au plus près de l’émotion qui n’est pas s’en rappeler ceux de The Black Keys, et qui nous transportent dans l’ambiance quasi-mystique du bayou. En grands admirateurs de Dr John, Hugh Coltman et Matthis Pascaud réussissent avec Night Trippin', un judicieux mélange réunissant le folklore de la Nouvelle-Orléans, l'ambiance électrique du groupe et la voix suave de Hugh.

Hugh Coltman & Matthis Pascaud - "Cha Dooky Doo"

4 min

Dans la playlist de France Inter
5 min

No Money Kids

Album : Factory

Déjà quatre albums pour les No Money Kids. Depuis dix ans, le duo défie les normes et les étiquettes passant du rock lo-fi au blues électrique, le groupe nous embarque dans un road-trip électrique où l’on croise The Kills, les premiers albums de Beck, Sparklehorse ou encore les fantômes du blues, Junior Kimbrough et Robert Johnson. Le duo mené par Félix Matschulat au chant, guitare et JM Pelatan à la basse et aux machines a su, au fil des albums créer un univers bien à eux. Ils sculptent un électro-blues addictif, des morceaux indie-pop lancinants traversés par un rock rauque et vibrant, alternant ballades vertigineuses et hymnes garage à coup de guitares hargneuses et d'arrangements électroniques.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Leur nouvel album Factory puise son inspiration dans les usines vaporeuses et l’univers industriel. Un opus qui mixe l’électro et le blues, mais aussi un concept. Factory n’est pas un album à la gloire d’Andy Warhol et du Velvet Underground, mais bien un vibrant hommage et une réflexion sur le milieu ouvrier comme l’explique Félix : « Une grande partie de ma famille a travaillée à l’usine. Le point de départ de cet album, ça a été mon cousin qui est soudeur. Pendant plusieurs jours, nous sommes allés enregistrer sa journée de travail dans son atelier pour capturer ces sonorités si particulières. »

Côté club

Une immersion totale dans des usines qui les a décidé à intégrer les sons que l’on peut entendre dans Factory. Une thématique également nourrie par des lectures comme celles de À la ligne de Joseph Ponthius, un ouvrier partit en Bretagne pour travailler dans diverses usines et qui a tenu un carnet de poèmes et de réflexions sur son quotidien de travailleur.

Avec également la chronique de Marion Guilbaud

La revue de presse

4 min

Pour en savoir plus, écoutez l'émission...

Ouvert la nuit
1h 00
Popopop
53 min