De g. à d. : Erik marchand, Rodolphe Burger et Franck Loriou ©Radio France - Marion Guilbaud
De g. à d. : Erik marchand, Rodolphe Burger et Franck Loriou ©Radio France - Marion Guilbaud
De g. à d. : Erik marchand, Rodolphe Burger et Franck Loriou ©Radio France - Marion Guilbaud
Publicité
Résumé

Côté Club, le rendez-vous de toute la scène française et plus si affinités. Une heure pour faire le tour de l’actualité musicale et plus encore. Quand la musique rencontre les arts, du cinéma à la BD, du théâtre à la littérature. Bienvenue au Club

En savoir plus

Rodolphe Burger & Erik Marchand

Album : Glück auf !

15 ans après Before Bach, voilà que Rodolphe Burger et Erik Marchand redescendent à la mine, histoire de creuser plus profond, et d'extraire un nouveau répertoire.

Publicité

"Glück Auf !" ("Bonne Chance !") : c'est la devise des mineurs de Sainte-Marie-Aux-Mines.
C'est aussi le titre de ce nouvel album, enregistré avec l'indispensable Mehdi Haddab et les compagnons de route Julien Perraudeau (claviers, basse) et Arnad Dieterlen (batterie). Une nouvelle partenaire a rejoint l'équipe : Pauline Willerwal (violon bulgare et chant). Un blues dédié à John Henry (working class hero par excellence), un thème de Titi Robin customisé, un morceau albanais revisité, une chanson turque, un chant dédié à Manuel Kerjean ; maître d'Érik Marchand, des titres de Rodolphe Burger réinterprétés, et jusqu'à une improbable version du Eisbär de Grauzone : voici quelques-unes des composantes de ce nouveau répertoire, qui illustre une nouvelle fois les parentés entre le blues et les musiques traditionnelles, boostées par l'énergie d'une rythmique rock.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Frank Loriou

Depuis près de 30 ans, chacun d’entre nous aura forcément tenu un magazine ou un disque portant le sceau de Frank Loriou. Photographe, graphiste, maquettiste, véritable touche-à-tout incontournable du petit monde de la musique hexagonale, il aura immortalisé tout ce que la chanson française compte d’iconique, de son ami Murat à Dominique A. Brigitte Fontaine, Miossec, Manu Chao ou Yann Tiersen. Il a notamment signé la pochette du prochain album de Jean-Louis Murat, ou encore celle du dernier album de Gauvain Sers. 

Les Nouveautés Nouvelles avec Brieg Guernevo, Amami et Julien Ribot

Brieg Guernevo est un musicien originaire de St Brieuc avec un parcours atypique : une éducation bretonnante comme on dit, en école et collège Diwan, donc il parle, pense et chante en breton, à 8 ans, il rejoint le bagad Panvrid pour y jouer de la caisse claire pour finalement, à l’adolescence, se laisser pousser les cheveux, saisir une guitare et passer du côté obscur de la force, du black métal avec le groupe Operarcanes… Mais il faut croire que la gamme pentatonique a finalement fatigué les oreilles de Brieg et depuis quelques années, il travaille un folk de plus en plus intimiste, dépouillé. Ainsi, sur son 4ème album "_'Vel ma vin" ("Comme je serai"),_sont présents juste sa voix, sa guitare, du violoncelle, des claviers mais plus aucune percussion ! Rupture de style donc mais toujours des climats sombres, comme misanthropiques, avec une esthétique presque nordique qui se dégage de ce disque entre chien et loup… 

On découvre « Petra Zo Bet », un des titres de son nouvel album, album paru initialement en janvier 2020, récompensé par de nombreux prix en Breizh et qui sera réédité le 15/10 par le label Yotanka.

Amami, c’est la claviériste et bassiste Inès Mouzoune, Raphaël Anker aux percussions diverses et Gabriel Ghebrezghi au chant et casiotone. Un trio signé sur l’excellent label Bongo Joe, une maison qui aime brasser large musicalement mais tenu stylistiquement ! Amami ne fait pas défaut avec son envie de tisser un nouveau patchwork de la sono mondiale : musique éthiopienne, jazz, afro beat, electro, orientalisme, dub, chant italien ou français... Une proposition musicale aussi cosmopolite que leur ville d’origine, Genève. C’est toujours inventif, souvent frénétique, comme si Amami cherchait dans cette transe, à épuiser les notes, les harmonies, les rythmes…La Suisse a visiblement besoin de vaudou et nous, de cette musique aussi souple qu’inclassable ! On écoute « Sempre Tu », chanté en italien et à retrouver sur le bien nommé « Soleil », leur premier album.

Julien Ribot signe son retour avec cette question « Do you feel nine ? », un mix entre « are you okay ? » et «  are you all night » ? Lui a l’air de très bien se porter, après dix ans de silence discographique. Mais pas musical, car Julien Ribot s’exprime sur des musiques de films, sur des performances d’art contemporain... Mais là, cet ancien arrangeur pour Woodkid, Alain Chamfort, revient avec un album de pop. Alors, il est toujours question de pop sur les disques de Julien Ribot, Mais là, c’est une pop qui donne le vertige, complexe, arrangée, symphonique, trois idées minimum dans chaque chanson. A la manœuvre, il y a aussi un guitariste mythique, c’est l’anglais Fred Frith _(_qui a joué avec Robert Wyatt, Brian Eno, Laurie Anderson...) « Do you feel 9 ? » est un délire autour du chiffre 9 qui symbolise la naissance de Neon Juju, personnage imaginaire, inventeur de son propre langage et qui finit dispersé en milliers de particules dans l'Univers, c’est parti ! Album très attendu pour le 29/10

Références