Nelson Beer © Andrea Montano / Terrier © Valerian7000
Nelson Beer © Andrea Montano / Terrier © Valerian7000
Nelson Beer © Andrea Montano / Terrier © Valerian7000
Publicité
Résumé

Côté Club ! Le rendez-vous de toute la scène française et plus si affinités. Une heure pour faire le tour de l’actualité musicale en live… et plus encore. Quand la musique rencontre les arts, du cinéma à la BD, du théâtre à la littérature. Bienvenue au Club !

avec :

Nelson Beer (musicien, auteur, compositeur), Terrier (Musicien, auteur, compositeur).

En savoir plus

Nelson Beer

EP : Orlando

Orlando, le nouvel EP de Nelson Beer, est un tissu d’expérimentations electronica et de méditations pop à une ou plusieurs voix, une promenade du schizophrène, d’un état solide (Forma) à un état liquide (Purpa). Écrit entre 2015 et 2020, ce court album a été pensé comme une archive de son. Ses longues plages d’improvisations, de différentes couleurs et de textures font écho au cadre mélodique et spirituel des raags indiens calqués sur les variations du temps, de l’espace et de la nature. En contraste, les paroles résonnent comme des liturgies introspectives du monde contemporain, une remise en question des fondations sur lesquelles repose le présent, mais aussi la mise en lumière d’une mémoire indélébile. "Orlando" est à la fois le prénom d'un personnage de Virginia Woolf, témoin immortel du passage des siècles, et le deuxième prénom de Nelson, qu'il porte malgré lui en mémoire d'un événement familial. L'EP est né d'une réflexion autour de l'empreinte matérielle et de la résonance, sur des générations, des traumas individuels ou collectifs.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

TERRIER

EP : Naissance

Octobre 2019, celui qui a grandi en Vendée, du côté de Landeronde, lâche un premier son “Tourniquet” au sujet d’une fille qui lui a bien pris la tête. On découvre alors la rage sourde, les mots qui frappent, la musique folle mixant énergie rock et beat hip-hop d’un univers vraiment singulier. Maintenant c’est en sept titres sur le bien nommé "Naissance" que Terrier nous fournit les clés pour tenter de comprendre son monde renversant où affleurent les fêlures, le grand yoyo relationnel des amours et des amitiés et une certaine mélancolie liée à la naïveté de l’enfance. Capable aussi bien de bombarder des punchlines tel un rappeur (“j’rêvais quand j’étais môme, mais j’ai pas grandi”) que de brancher ses morceaux sur du courant cold wave, Terrier s’affirme comme un compositeur renversant et un sacré swingueur de mots.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Les Nouveautés Nouvelles avec Nina Savary, Sammy Decoster et Hubert Félix Thiéfaine.

La musique, c'est parfois une histoire de dedans et de dehors. Comme celle de Nina Savary, chanteuse, comédienne, danseuse. Elle avait 4 ans quand elle est montée sur scène pour la première fois, c’était à la Scala de Milan, depuis, elle n’a pas quitté les planches ! Pendant des années, elle était dedans, dans les spectacles de son père, dans ceux d’Alfredo Arias, de Victoria Chaplin et bien d’autres, dans les chansons de Boris Vian... Mais depuis quelque temps, cette enfant de la balle a des envies de dehors, de s’émanciper de sa famille de théâtre ! Après avoir vécu dans le sillage libertaire et artistique du Grand Magic Circus, Nina Savary s’est créé une communauté musicale comme celle du Laurel Canyon des années 70. Autour d’elle, Lætitia Sadier de Stereolab, Julien Gasc, Astrobal avec lequel elle forme notamment le groupe Institut et le projet Vivre ! Tous amateurs de pop orchestrale anglo-saxonne, tous avides d’expérimentation et de poésie… Elle vient d’enregistrer son album, avec Astrobal, en autarcie dans une vieille maison de famille dans les Corbières.  

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

C'est une des plus belles voix du folk hexagonal ! Sammy Decoster n’a publié que deux albums sous son nom en un peu plus de dix ans et c’est trop peu ! Parce qu’à chaque fois, c’est une joie de plonger dans ses chansons panoramiques et de partager le sépia de son rêve américain. Un Sammy Decoster qu’on piste donc : on le retrouve dans le groupe Valparaiso ou tout récemment dans le projet Facteurs Chevaux avec Fabien Guidollet. Aujourd’hui, depuis son ermitage dans les Alpes, Sammy Decoster entend le monde changer, les temps devenir incertains : alors comment tenir le cap, comment garder espoir ? En faisant ce que tout artisan sait le mieux, pratiquer, reprendre le chemin de la guitare, avec trois chansons acoustiques rassemblés sous un EP "Seul", enregistrées tranquille dans sa cuisine : l’americana en mode domestique.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

La surprise de la semaine, c'est une chanson arrivée en douce et signée Hubert Félix Thiéfaine. Le chanteur jurassien a pris tout le monde de court, il était resté très silencieux depuis le début de la pandémie : pas de facebook live, pas de déclarations sur l’incompétence des unes ou des autres...Et le voilà, sept ans après «  Stratégies de l’inespoir » qui publie « Page Noire », un titre écrit il y a 4 ans et qui résonne de façon troublante avec ce que nous vivons depuis un an et demi. Une synchronicité composée par son complice Arman Méliès. On connait la verve de Thiéfaine quand il s’agit de prédire la fin du monde et son talent de conteur apocalyptique se confirme sur ce titre fleuve lyrique et sombre sous fond de saxo fantomatique ! Une chanson qui questionne notre civilisation et notre relation au temps, en pointant du doigt les désillusions de la modernité. Accompagné d’un clip percutant, tout en allégories, signé Yann Orhan, « Page noire » a été réalisé par Lucas Thiéfaine.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.