L’auteur-compositeur-interprète Jay-Jay Johanson en concert pendant le festival de musique Sons de Nit, à Sant Bonaventura Claustre à Llucmajor, île de Minorque, Espagne, fin 21 août 2020 (publié le 22 août 2020).
L’auteur-compositeur-interprète Jay-Jay Johanson en concert pendant le festival de musique Sons de Nit, à Sant Bonaventura Claustre à Llucmajor, île de Minorque, Espagne, fin 21 août 2020 (publié le 22 août 2020).
L’auteur-compositeur-interprète Jay-Jay Johanson en concert pendant le festival de musique Sons de Nit, à Sant Bonaventura Claustre à Llucmajor, île de Minorque, Espagne, fin 21 août 2020 (publié le 22 août 2020).  ©Maxppp - David Arquimbau Sintes / EPA / Newscom
L’auteur-compositeur-interprète Jay-Jay Johanson en concert pendant le festival de musique Sons de Nit, à Sant Bonaventura Claustre à Llucmajor, île de Minorque, Espagne, fin 21 août 2020 (publié le 22 août 2020). ©Maxppp - David Arquimbau Sintes / EPA / Newscom
L’auteur-compositeur-interprète Jay-Jay Johanson en concert pendant le festival de musique Sons de Nit, à Sant Bonaventura Claustre à Llucmajor, île de Minorque, Espagne, fin 21 août 2020 (publié le 22 août 2020). ©Maxppp - David Arquimbau Sintes / EPA / Newscom
Publicité
Résumé

Jay-Jay Johanson est un artiste à la fois discret et très prolifique puisque depuis un quart de siècle, il publie un album à peu près tous les deux ans. Il nous livre un somptueux treizième album "Rorschach test" qui renoue avec la pop mélancolique de ses débuts.

En savoir plus

La première passion de Jay-Jay Johanson va vers le jazz, au point qu’il emprunte son nom d’artiste au tromboniste Jay-Jay Johnson. Mais durant ses études d’art moderne à Stockholm, il découvre l’album « Dummy » du groupe britannique Portishead, en 1994, qui se révèlera être un véritable choc dans sa vie.  

Il commence alors à s’intéresser au trip-hop, ce genre musical qui mêle les harmonies du jazz aux rythmiques du hip-hop. Il saborde le quartet de jazz qu’il venait de créer à ce moment-là et il se lance dans la composition à l’aide d’une boîte à rythmes et d’un synthétiseur. Elle donnera naissance à un premier album « Whiskey », en 1996, qu’un magazine avait très justement salué comme « un mélange de Chet Baker et de Portishead »…  

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Extrait de ce premier album, « It hurts me so » nous fait entendre un crooner pas si courant chez les suédois. Pourtant la voix de Jay-Jay Johanson, à la fois caressante et virile, les harmonies jazz de sa musique, les textes intimistes de ses chansons sur des boucles électro en font un crooner pop tout désigné. Avec ce premier disque « Whiskey », il réussit à devenir un pilier de la vague trip-hop aux côtés des Massive Attack et Portishead.  

Mais notre dandy nordique ne se contentera pas d’exploiter le filon qui l’a fait connaître. Sa musique évoluera au fil des années, en ouvrant sur chaque album de nouveaux chapitres sonores qui explorent aussi bien le jazz, la folk ou la dance music, sans bousculer pour autant, ni ses fondamentaux mélodiques, ni la poésie de ses textes.  

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

« Vertigo » est une bossa-nova électro, extraite du dernier album de Jay-Jay Johanson, « Rorschach test », en référence au test projectif élaboré par le psychanalyste suisse Hermann Rorschach. En baptisant ainsi son album, on imagine que Jay-Jay Johanson a voulu laisser libre cours aux perceptions et aux sensations de l’auditeur. Ce nouveau volume très grâcieux nous subjugue de nouveau avec bien sûr du trip-hop cher à nos oreilles, de la bossa, mais aussi du jazz, de l’électro et du piano-voix. Johanson renoue avec les arrangements élégants de ses débuts, pour notre plus grand plaisir.  

Les compositeurs français de films des années 60 et 70 l’ont toujours inspiré. C’est dans leur discographie qu’il va parfois piocher des petits bouts de musique qui serviront de boucles à ses mélodies. Johanson voue notamment une admiration sans borne à des musiciens comme Georges Delerue, François de Roubaix mais surtout à Michel Legrand et Francis Lai. Il a d’ailleurs très bien connu ce dernier chez qui il se rendait régulièrement lorsqu’il habitait Paris.  

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

« Romeo », la chanson qui ouvre le nouvel album de Jay-Jay Johanson est la première qu’il a écrite pour « Rorschach test ». À noter aussi sur ce disque, le titre « Why wait until tomorrow », surtout pour son clip vidéo. On y voit un Johanson déambuler d’un pas alerte dans les rues désertes de Paris. Les images ont été tournées pendant le deuxième confinement, un soir d’octobre 2020 par le photographe islandais Benni Valsson : 

Beyoncé a bien eu l’autorisation de tourner au Louvre, explique Johanson, on s’est dit qu’on allait faire pareil avec tout Paris, le temps d’une nuit ». 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Jay-Jay Johanson : album « Rorschach test » (Licence Kuroneko/29 Music)