Marinero  - Suchit Upadhyay
Marinero - Suchit Upadhyay
Marinero - Suchit Upadhyay
Publicité
Résumé

"Hella Love" c'est un disque comme un coucher de soleil, un dégradé. Imaginez la fin du jour et la mer dans la baie de San Francisco, il fait bon et il faudra pourtant se dire au revoir, c’est ce que chante Marinero.

En savoir plus

Difficile de ne pas tomber sous le charme de cette musique languissante et chargée de souvenir. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Vous écoutez l’album d’un certain Jess Sylvester alias Marinero, latino-américain qui nous présente ce disque « comme un chapitre qui se termine un grand adieu, une lettre d’amour » à sa ville natale, San Francisco qu’il quitte pour Los Angeles. 

Publicité

Vous me direz ca paraît pas si loin (tout de même faut 6 h de l'une à l'autre, un peu comme si vous quittiez Marseille pour aller vivre à Bordeaux ou Paris vers Brest : les températures et l’air ne sont pas les mêmes, loin de là. 

Un des signes particulier de ce disque, ce n’est pas son côté carte postale mais plutôt son sens des transitions. C’est visiblement une signature chez Marinero : je suis allé écouter son album précédent Tropicao de Cancer disque enchanteur qui déjà prenait la forme de chansons entrecoupées d'interludes, de passage instrumentaux courts, avec souvent des ambiances d'extérieur qui donnent tout un climat. 

Un art de la transition cultivé ici à l'extrême puisque ce disque parle justement d'une transition, d'un passage d'un lieu à un autre. Ecoutez par exemple ce « Menuet pour Mission » 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Qui donne juste après cette chanson sublime « Nuestra Victoria ».

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

« Nuestra Victoria » (Notre Victoire) de Marinero, une chanson pas si positive que ca en fait ? 

Et non puisqu'il parle de la disparition de Victoria : une boulangerie, un des plus anciens commerces mexicano-américain de San Francisco qui a aujourd’hui disparu, comme beaucoup d’autres petits commerces, victimes de la gentrification de l’embourgeoisement du quartier de Mission. 

Avec une musique superbe, très arrangée et je crois presque entièrement jouée et produite par Jess Sylvester avec l’aide d’un ingénieur du son, Jason Kick. Marinero parle de chose très intime : de son père qui était marin (d’où le surnom de Marinero) et de sa mère, de leur rencontre dans le quartier de Mission, et d’une enfance qui s’est évanouie sous ses yeux. 

On pense aussi bien à Serge Gainsbourg qu’à de grandes orchestrations pour le cinéma, l’album se termine avec un disco fantastique (Frisco Ball) qui transporte la baie de Rio dans celle de San Francisco, c’est chargé de chœurs, de trompettes et d’âme en peine qui dansent pourtant. 

On se quitte avec le brouillard tristement célèbre de San Francisco qui cache bien des secrets et des dangers : « Through the Fog » et là encore un esprit tropical flotte encore : 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Marinero : "Hella Love" - Label : Hardly Art

Références

L'équipe

Matthieu Conquet
Production