Ne dites plus "handisport", mais "parasport" ©Getty -  Trevor Williams
Ne dites plus "handisport", mais "parasport" ©Getty - Trevor Williams
Ne dites plus "handisport", mais "parasport" ©Getty - Trevor Williams
Publicité
Résumé

L'opération "Jouons ensemble" incite les médias à parler d'avantage de parasport, un mot nouveau pour désigner la pratique sportive des personnes handicapées.

En savoir plus

C’est une première. Jusqu’à dimanche les médias sont invités à diffuser « plus de sujets, d'interviews, d'émissions consacrés au parasport et aux acteurs du monde du handicap ». Le constat est simple: il y a en France 12 millions de personnes en situation de handicap, 18% de la population, dont 2 millions 700 000 avec un handicap reconnu par l’Etat. 

Parmi elles des sportifs et sportives, certains de haut niveau. Problème, on ne les voit pas, on ne les entend pas. 

Publicité

Pourcentage de personnes handicapées dans les programmes sportifs : moins de 1% en 2018 selon le CSA, le conseil supérieur de l’audiovisuel. 

Ca malheureusement je le savais déjà. En revanche ce que j’ai découvert cette semaine, c’est ce mot "parasport"

Je connaissais les Jeux Paralympiques crées en 1960. Paralympique, combinaison de para, à côté en grec et d’olympique. Ce sont des Jeux qui ont lieu à côté, en parallèle, des Jeux Olympiques. 

Notez qu’il n’y a aucune référence explicite au handicap. 

11 min

Mais "parasport", c’est un mot nouveau dans notre langue à tel point que les dictionnaires Larousse et Robert que j’ai consulté ne le connaissent pas. En français, on utilise historiquement deux termes :  le handisport pour la pratique sportive des personnes handicapés physique ou sensoriel, et le sport adapté pour le handicap mental ou psychique. 

Pourquoi changer de nom puisqu’il en existe déjà ?  

Quand on parle de sport pour les personnes handicapés, la question du vocabulaire est extrêmement sensible. Le dossier de presse de l’opération "Jouons ensemble" y consacre deux pages sur 11. 

Il vous explique comment "utiliser les mots justes". Deux exemples : pour parler d’un sportif handicapé, ne dites pas "héros" mais "champion". Il faut banaliser la performance.  

Ne dites pas "il a traversé l’Atlantique en solitaire malgré son handicap" mais "il a traversé l’Atlantique en solitaire avec son handicap". Car nous précise le document, les personnes handicapés ne s’inscrivent pas dans une lutte contre.

Il y a essentiellement deux raisons pour lesquelles il faut employer le mot parasport :

  • d’abord c’est plus juste, le parasport regroupe tous les para-athlètes, quel que soit leur handicap.
  • Et puis cela traduit un changement de philosophie. De plus en plus, les fédérations se saisissent de cet enjeu. Le para-tennis par exemple est intégré depuis 2017 à la Fédération Française de Tennis, et plus à la Fédération Française Handisport. Ce n’est qu’un début. 

L’effacement du terme "handi", l’effacement de la référence au handicap, provoque des débats en interne. Mais c’est le signe que les choses bougent. De plus en plus de sportifs valides de renom forment des binômes en compétition avec des para-athlètes. 

Les têtes d’affiche comme le skipper Damien Seguin ou le nageur Théo Curin n’ont jamais été aussi nombreuses. Même si en profondeur, les barrières à l’accès au sport elles sont toujours là.

Références

L'équipe

Jérôme Cadet
Production