Fanny et Stéphane, la Grande Guerre dans notre jardin

Stéphane, habillé en tenue bleue horizon de Poilu, "joue" à la guerre dans la tranchée de son jardin.
Stéphane, habillé en tenue bleue horizon de Poilu, "joue" à la guerre dans la tranchée de son jardin. ©Radio France - Charlotte Perry
Stéphane, habillé en tenue bleue horizon de Poilu, "joue" à la guerre dans la tranchée de son jardin. ©Radio France - Charlotte Perry
Stéphane, habillé en tenue bleue horizon de Poilu, "joue" à la guerre dans la tranchée de son jardin. ©Radio France - Charlotte Perry
Publicité

Dans le jardin de leur maison à Althen-des-Paluds (Vaucluse), Fanny et Stéphane ont construit une tranchée de près de quarante mètres de long et un mètre vingt de large. Revêtus de l'uniforme des poilus, ils "jouent " à la guerre et reconstituent les combats et la vie des soldats de l'époque.

Passionnée par l'histoire de la Grande Guerre et titulaire d'un doctorat en Histoire, Fanny Orlando et son époux Stéphane ont acheté leur maison dans le Vaucluse dans le but d'y construire une tranchée, identique à celles que l'on trouvait dans l'Artois. La casemate de l'officier, l'havresac as de carreau, les lucarnes de tir, tout y est. Il leur a fallu près de quatre mois pour la reconstituer, y consacrant tout leur temps libre, week-ends, soirées et jours de congés.

"On est arrivés à un point où c'est obsédant : on se lève le matin on pense à ça, on se couche le soir on pense à ça, on se réveille la nuit parce qu'on pense à ça. C'est tout le temps."

Publicité
Fanny, dans son jardin, habillée en tenue "piou-piou"
Fanny, dans son jardin, habillée en tenue "piou-piou"
© Radio France - Charlotte Perry

Avec leurs copains de l'association "Mémoire de Poilus", ils passent parfois des week-end entiers à "jouer" à la guerre, dormant dans la tranchée, lançant des assauts fictifs, mangeant le "rata" du poilu.

"Quand on fait une bêtise, on a perdu, et on se retrouve en Allemand. C'est celui qui perd, qui fait l'Allemand !"

Stéphane, caché dans un trou d'obus dans son jardin rejoue les combats de 14-18
Stéphane, caché dans un trou d'obus dans son jardin rejoue les combats de 14-18
© Radio France - Charlotte Perry

Une démarche assez farfelue, mais dont le moindre détail a fait l'objet de recherches historiques, et qui a également un objectif pédagogique : intéresser les enfants des classes qui viennent visiter la tranchée à l'histoire de la Grande Guerre, dont la mémoire se perd à mesure que le temps passe.

"Pour beaucoup d'historiens, on doit aborder l'Histoire sur un banc de l'école, avec des livres, et on ne doit pas sortir de là. Mais si on veut intéresser nos enfants, il faut sortir de là ! Les livres, c'est abstrait. Il est vraiment temps de filer un coup de jeunesse à tout ça !"

Stéphane et Fanny ont mis quatre mois pour construire la tranchée dans leur jardin. Tout leur temps libre y est passé.
Stéphane et Fanny ont mis quatre mois pour construire la tranchée dans leur jardin. Tout leur temps libre y est passé.
© Radio France - Charlotte Perry

Avant son décès à 106 ans, Stéphane a passé de longues heures à parler avec le dernier poilu de Provence, Marius Estrata, un ami de sa famille, originaire de Caumont-sur-Durance, le village natal de Stéphane :

"J'ai eu la chance de rencontrer le dernier Poilu de la région, Monsieur Marius Estrata. Il m'a raconté l'horreur. Ce qui l'a le plus marqué, c'est l'odeur des cadavres en putréfaction sur le champ de bataille. Cela a laissé des traces indélébiles. Ces gens-là n'ont jamais quitté les tranchées. Les tranchées leur collaient à la peau."

Et il ajoute :

"Nous, quelque part, ce n'est pas qu'on s'amuse mais on essaye de faire perdurer leur mémoire. Parce que c'est normal, on va l'oublier. Petit à petit, on va enfouir ça dans des livres, sur des étagères poussiéreuses. On en parle plus trop dans les programmes scolaires. Mais, c'est sûr, on n'a pas vraiment conscience de l'horreur."

Stéphane, dans la casemate de l'officier de la tranchée.
Stéphane, dans la casemate de l'officier de la tranchée.
© Radio France - Charlotte Perry

Pour aller plus loin :

Le site de l'association "Mémoire de Poilus", fondée en 2002 par Stéphane et Fanny Orlando.

L'équipe