La route qui mène à Névache, au pied du col de l'Echelle
La route qui mène à Névache, au pied du col de l'Echelle
La route qui mène à Névache, au pied du col de l'Echelle ©Radio France - Charlotte Perry
La route qui mène à Névache, au pied du col de l'Echelle ©Radio France - Charlotte Perry
La route qui mène à Névache, au pied du col de l'Echelle ©Radio France - Charlotte Perry
Publicité
Résumé

A Névache, un petit village de 340 habitants perché à 1700m d'altitude au pied du col de l'Echelle, dans les Hautes-Alpes, Bernard Liger et Jean-Gabriel Ravary organisent la solidarité villageoise pour venir en aide à ceux qui, au péril de leur vie, tentent de franchir la frontière italienne par la montagne.

En savoir plus

Depuis 2015 et la fermeture de la frontière franco-italienne à Vintimille, la route de l’exil pour les migrants francophones venus d’Afrique de l’Ouest passe par les différents cols des Hautes-Alpes.

A Névache, premier village français de l'autre côté de la frontière italienne, les habitants connaissent les dangers qu’encourent ceux qui tentent de rejoindre l’eldorado français en franchissant la frontière par la montagne, à pied et mal équipés. 

Publicité

Simple réflexe de montagnard au départ, la solidarité s’est peu à peu organisée autour de Bernard Liger, un ancien officier militaire aujourd'hui décédé, et Jean Gabriel Ravary, guide de haute montagne, pour recueillir et parfois sauver ces "naufragés de la frontière".

Moi je reprends souvent l'image des marins: il y a eu les phares avec des gens dedans qui regardaient les bateaux. Nous on est un peu comme ça, mais j'utilise le terme de "sentinelles". Tout le monde est sentinelle chez soi, on ne bouge pas, et après on est organisé - sans être très organisé- mais on sait qui fait quoi. Jean-Gabriel Ravary 

Et au village, la solidarité est telle que parmi les gens qui aident, il y a toutes les couleurs politiques. Pas question donc de sortir les banderoles, au risque de réveiller les tensions ou de vieilles jalousies. 

Névache, c'est un truc particulier, ça fait penser à Astérix et Obélix: on s'est organisé par rapport à cette humanité. On a un objectif commun et on n'en déroge pas au risque de tout faire éclater. Jean-Gabriel Ravary

Si Bernard Liger et Jean-Gabriel Ravary n'ont jamais eu à faire ni à la police, ni à la justice, l'aide aux personnes en situation irrégulière est passible de lourdes amendes et de cinq ans de prison. Ce jeudi 22 avril, deux personnes seront jugées au tribunal de Gap, pour "aide à l'entrée et à la circulation sur le territoire français de personnes en situation irrégulière". Un appel à soutien a été lancé par l'association "Tous Migrants", et une pétition pour demander leur relaxe est en ligne.

On est devant un problème éternel: la loi d'un côté, l'éthique de l'autre. Antigone, c'est ça. Nous sommes dans cette situation. Les gens qui sont ici ont fait le choix de l'éthique. Bernard Liger

Références

L'équipe

Charlotte Perry
Production
Anne Lhioreau
Réalisation