De mémoire des anciens, Barre-Des-Cévennes n'a connu qu'une seule manifestation, celle en soutien à une famille tchétchène installée au village et menacée d'expulsion.
De mémoire des anciens, Barre-Des-Cévennes n'a connu qu'une seule manifestation, celle en soutien à une famille tchétchène installée au village et menacée d'expulsion.
De mémoire des anciens, Barre-Des-Cévennes n'a connu qu'une seule manifestation, celle en soutien à une famille tchétchène installée au village et menacée d'expulsion. - Brigitte Lauriol
De mémoire des anciens, Barre-Des-Cévennes n'a connu qu'une seule manifestation, celle en soutien à une famille tchétchène installée au village et menacée d'expulsion. - Brigitte Lauriol
De mémoire des anciens, Barre-Des-Cévennes n'a connu qu'une seule manifestation, celle en soutien à une famille tchétchène installée au village et menacée d'expulsion. - Brigitte Lauriol
Publicité
Résumé

A Barre-des-Cévennes, un petit village de 200 habitants niché au cœur du Parc National des Cévennes, les habitants se sont mobilisés pour une famille Tchétchène installée au village et menacée d'expulsion. Rencontre avec Paulette et Lucien qui nous racontent ce pays Cévenol pauvre, mais de tout temps solidaire.

En savoir plus

Perché à 920 mètres d'altitude, entre le Mont Aigoual et le Mont Lozère, le petit village de Barre-des-Cévennes, autrefois riche en commerces et en foires, ne compte plus que 200 habitants. Dans la Grand Rue, les volets fermés sont légions et les habitants ont plutôt l'habitude de voir les gens quitter le village que  s'y installer. Et en Lozère - département le moins peuplé de France, avec 70 000 habitants - garder les écoles ouvertes est un combat chaque année renouvelé. Alors, lorsqu’une famille avec des enfants  s'installe, c'est aussi une façon de maintenir de la vie au village et de sauvegarder des services publics.

Barre-des-Cévennes est un petit village de 200 habitants, perché à 920m d'altitude au cœur du Parc National de Cévennes.
Barre-des-Cévennes est un petit village de 200 habitants, perché à 920m d'altitude au cœur du Parc National de Cévennes.
© Radio France - Charlotte Perry

Partis de Tchétchénie en 2007 pour fuir la guerre, Vakha, un ancien journaliste, Medna, son épouse, et leurs deux enfants se sont parfaitement intégrés à la vie du village. Mais leur demande d’asile à été déboutée, et ils se sont retrouvés sans papiers et menacés d'expulsion. Alors, les villageois se sont mobilisés: près de 400 personnes, venues de Barre et des alentours, étaient présentes à la manifestation du 4 août 2014 pour demander leur régularisation. 

Publicité

Paulette et Lucien Roume, les anciens bouchers de Barre, racontent cette tradition d'accueil du pays Cévenol, pauvre, mais de tout temps solidaire.

Les Cévennes, on dit que c'est une terre d'accueil. Au début de la guerre, nous avions accueillis des réfugiés Espagnols qui fuyaient le régime de Franco. Il y a quelques années, on a accueilli des Laotiens aussi. Alors là, des Tchétchènes arrivent, on les a accueillis aussi. On est habitués. C'est vrai que dans les Cévennes, les gens n'étaient pas riches mais ils ne laissent personne sur la route. Pourvu que ça dure! 

A (ré)écouter:

Références

Programmation musicale

  • 06h19
    Mes péchés s'accumulent
    Mes péchés s'accumulent
    Francoiz Breut
    Mes péchés s'accumulent
    Album Flux flou de la foule (2020)
    Label 62TV RECORDS

L'équipe

Charlotte Perry
Production
Anne Lhioreau
Réalisation