Le dessinateur Riad Sattouf
Le dessinateur Riad Sattouf ©Maxppp - Olivier Lejeune
Le dessinateur Riad Sattouf ©Maxppp - Olivier Lejeune
Le dessinateur Riad Sattouf ©Maxppp - Olivier Lejeune
Publicité

Dans sa bande-dessinée “L’Arabe du futur”, Riad Sattouf raconte une enfance entre la Syrie, la Libye et la France. Rencontre avec un dessinateur qui fait de ses multiples cultures la force de son inspiration et de son humour.

Avec

Dans l’atelier de Riad Sattouf, il y a des guitares et une basse. D’habitude, il ponctue ses conversations de petites notes faites à la guitare. Aujourd’hui, il se contente d’un solo de guitare électrique en début d’entretien comme une mise-en-bouche.

Riad Sattouf, tout près d’Hergé et pas trop loin de Crumb

Comme tout artiste, Riad Sattouf a des obsessions. Mais s’il en est une qui le caractérise, c’est celle de la virilité. Elle remonte à son enfance en Syrie quand il découvre des cousins “véritables petits guerriers” alors que lui pleure encore après une chute. De ce complexe naitra Pascal Brutal, personnage de la BD éponyme devenue culte_._ Riad Sattouf ne perd pas l’espoir d’être un jour un homme musclé. Sa plus grande crainte ? “Passer d’ado moche à petit vieux avec du bide”. Cette obsession lui vient également de son père, docteur en histoire contemporaine, “fasciné par l’homme fort arabe”. D’ailleurs l’expression L’Arabe du futur est de son père, cet homme qui préféra la Libye à Oxford. Un hommage aux transmissions, les meilleures comme les pires.

Publicité

Rebecca Manzoni dans l’atelier de Riad Sattouf

Riad Sattouf est un homme de 36 ans qui écrit et dessine sa jeunesse entre la Bretagne, Tripoli, en Libye, et le village de son père en Syrie, le tout à la fin des années 1970.

Ce dernier livre de Riad Sattouf s’intitule L’Arabe du futur, Une jeunesse au Moyen-Orient (1978-1984), il a paru chez Allary Editions et on y suit le quotidien d’une famille franco–syrienne sous le regard du petit Riad entre 2 et 6 ans. 

Un regard d’enfant, donc un regard sans jugement, qui prend la réalité pour ce qu’elle est et qui permet à Riad Sattouf de ne pas asséner de messages ou de tomber dans une dénonciation convenue, façon : « les dictatures, c’est mal ». 

Le constat des horreurs et des absurdités des régimes syrien et libyen par ce gamin n’en est que plus éloquent. 

L’Arabe du Futur est le premier opus d’une bande dessinée autobiographique qui en comptera trois. Riad Sattouf s’est mis à l’écriture avec le déclenchement de la guerre en Syrie et les démarches qu’il a mises en œuvre pour faire venir sa famille en France. 

Riad Sattouf petit, c’est, je cite, « des yeux profonds et bouleversants, des reflets d’or dans les cheveux et une bouche de téteur ». Rien à voir donc avec les ados acnéiques qu’il a mis en scène dans Les Beaux Gosses, son premier film. 

Riad Sattouf petit n’a rien à voir non plus avec Pascal Brutal, un des personnages dessinés qu’il a inventés avec, je cite encore, «des pectoraux puissants semblables à ceux d’un gorille des montagnes et des oreilles hypersensibles, capables de déceler les bruits de jouissance féminine dans un rayon de 800 mètres.» 

Riad Sattouf est dans son atelier. Quatre guitares sont posées sur le sol et il me fait un mouvement d'essuie-glace avec l'index sans rien dire. EclectiK étant une émission d'investigation, j'ai demandé des explications. 

Riad Sattouf et ses guitares, il parait que c’est un classique. 

L'équipe

Rebecca Manzoni
Rebecca Manzoni
Rebecca Manzoni
Production
Pierre Jabot
Réalisation