40 ans de la Loi sur l'abolition de la peine de mort. Ici Robert Badinter dans l'hémicycle de l'Assemblée Nationale
40 ans de la Loi sur l'abolition de la peine de mort. Ici Robert Badinter dans l'hémicycle de l'Assemblée Nationale
40 ans de la Loi sur l'abolition de la peine de mort. Ici Robert Badinter dans l'hémicycle de l'Assemblée Nationale ©Getty - Laurent MAOUS/Gamma-Rapho
40 ans de la Loi sur l'abolition de la peine de mort. Ici Robert Badinter dans l'hémicycle de l'Assemblée Nationale ©Getty - Laurent MAOUS/Gamma-Rapho
40 ans de la Loi sur l'abolition de la peine de mort. Ici Robert Badinter dans l'hémicycle de l'Assemblée Nationale ©Getty - Laurent MAOUS/Gamma-Rapho
Publicité
Résumé

Ce samedi 9 octobre, étaient célébrés les quarante ans de l’abolition de la peine de mort. L’évènement justifiait-il une cérémonie au Panthéon ?

En savoir plus

Je suis de ceux qui pensent que l’abolition de la peine de mort est une des grandes avancées des sociétés humaines. On peut ensuite s’empailler pour savoir s’il faut prévoir de véritables peines de réclusion à perpétuité, et dans quel cas, ou du moins des peines de sûreté suffisantes. Mais considérer qu’en aucun cas, il ne peut être justifié d’ôter une vie, est un progrès de la civilisation.

Cela dit, je suis toujours un peu étonnée de la façon dont est convoquée la mémoire de cette abolition, notamment lorsqu’il s’agit de dresser un bilan politique des quarante dernières années.

Publicité
Références

L'équipe

Natacha Polony
Production