vidéo
Plaidoyer contre l'abstention des jeunes ©Getty - Philippe Turpin
Plaidoyer contre l'abstention des jeunes ©Getty - Philippe Turpin
Plaidoyer contre l'abstention des jeunes ©Getty - Philippe Turpin
Publicité
Résumé

Plaidoyer contre l'abstention. Il y a vingt ans, Anne-Cecile Mailfert votait, elle-même pour la première fois. Devant l'arrivée imprévue au second tour de Jean-Marie Le Pen face à Chirac, elle avait dit "Plus jamais ça !". Aujourd'hui, elle invite les jeunes à aller voter.

En savoir plus

"Chère Lara,

Dimanche tu voteras pour la première fois. 20 ans plus tôt, en 2002, c’était moi. Je me souviens du soleil dans la mairie de mon village lorrain, des enveloppes bleues, des noms sur les bulletins. De mon trac quand j’ai désobéi, car il y a certains noms que je n’ai pas pris.

Publicité

Malheureusement, ce jour-là 28% des français n’ont pas pris le chemin de l’isoloir, et le dimanche soir, ce fut le désespoir.

Alors j’ai débrayé mon lycée, et on a mis tout Nancy dans la rue. Avec les copains, on a crié “la jeunesse, emmerde le Front National”. C’était bon putain, c’était tellement bon! On chantait, on hurlait, on dansait, on se collait, “on est tous, des enfants d’immigrés, 1ere, deuxième, troisième génération”.

Au deuxième tour, j’ai voté. En pleurant, en rageant, mais j’ai voté.

Et je me suis promise : plus jamais ça

J’y croyais. Je pensais que ce serait un électrochoc.

On avait battu un record d’abstention, plus jamais on ne bouderait une élection. A partir de là, tout serait différent. J’avais cet enthousiasme fou, délirant pour la politique. Je me passionnais pour les débats. Je dévorais les professions de foi.

Et puis non, le monde n’a pas vraiment changé

on est resté bloqué, en vingt ans, beaucoup de problèmes se sont aggravés, et le monde semble être un peu plus déprimé. Les politiques ont déçu et les électeurs ont été de moins en moins convaincus. On regarde l’extrême monter, et l’apathie se généraliser. Que nous est-il arrivé ?

Les élections sont devenues bien souvent un choix par élimination. Le vote, un sujet de raison plus que de passion. On se trouve obligé de parler tactiques, d’envisager des votes stratégiques.

Ca c’est pour ceux et celles qui pensent aller voter, pour toi Lara. Et puis il y a tous les autres, tu le vois chez tes amis. Seuls 53% des 18-24 ans disent être sûrs d'aller voter dimanche. 28% des hommes et 32% des femmes pensent ne pas voter. Sommes-nous des enfants gâtés ?

A t-on déjà oublié que la démocratie est le seul moyen que nous avons trouvé pour ensemble changer la vie ?

Quand on regarde ailleurs, est ce qu’on préférerait vraiment le monde des dictateurs ?

Certes il y a des raisons à l’abstention

. Une campagne qui n’a jamais démarré et des débats dont nous avons été privés. Des réseaux sociaux qui nous abreuvent de contenu idiots.  Des mensonges en récurrence, des vérités vidées de toute substance, qui font que les mots n’ont plus aucun sens.

Pourtant dis-leur à tes amis que la politique est bel et bien une question de vie ou de mort.

  • Pour notre planète, alors que le GIEC annonce qu’il nous reste trois ans pour agir.
  • Pour les femmes en danger qui demandent un budget augmenté.
  • Pour les réfugiés qui attendent des papiers. Pour les retraités sous le seuil de pauvreté. Pour les malades qui ont besoin d’être bien soignés.
  • Pour les LGBT, les jeunes des quartiers, les précarisés.
  • Pour eux. Pour elle. Pour vous. Pour nous. Dis leur, qu’on a pas le temps de se louper, on a pas le temps de laisser d’autres décider. On a pas le temps de bouder. Votez pour ce que vous voulez, mais merde, votez !"
Références