Réunion de la Convention Citoyenne pour le Climat d'Est Ensemble
Réunion de la Convention Citoyenne pour le Climat d'Est Ensemble
Réunion de la Convention Citoyenne pour le Climat d'Est Ensemble ©Radio France - Lionel Thompson
Réunion de la Convention Citoyenne pour le Climat d'Est Ensemble ©Radio France - Lionel Thompson
Réunion de la Convention Citoyenne pour le Climat d'Est Ensemble ©Radio France - Lionel Thompson
Publicité
Résumé

Après la Convention Citoyenne nationale pour le Climat, des Conventions locales fleurissent. Grenoble en début d'année et désormais Est Ensemble, communauté de 9 communes de la banlieue Est de Paris, qui a lancé depuis septembre la première Convention de ce genre en Ile-de-France.

En savoir plus

"Bienvenue à vous. Dans quelques minutes vous allez avoir l'occasion de discuter les uns avec les autres", lance l'animateur des débats. Pour ce deuxième weekend de travail, les 16 et 17 octobre dernier, une centaine de citoyens étaient réunis dans la grande salle du conseil territorial d'Est Ensemble. Ils ont été tirés au sort à partir de listes téléphoniques, ce qui inclue les personnes étrangères et permet un panel le plus représentatif possible de la population de ces villes de Seine-Saint-Denis. Parmi les habitants présents, Maryem, sénégalaise, s'est d'abord demandé ce qu'elle faisait là.

Je me suis dit : mais pourquoi moi ? Il y a tellement de personnes qui sont attirées par ce genre de débats et moi, personnellement, je n'étais pas assez sensible à tout ce qui a un rapport avec le climat. Est-ce que maintenant je trouve ça intéressant ? Oui, très intéressant. Je me rends compte que j'ai ma place ici et que je suis en train d'apprendre des choses.

Publicité

Il y a un weekend de débats programmé chaque mois jusqu'en janvier prochain et cinq grands thèmes de discussion : se loger, se déplacer, se nourrir et consommer, travailler et produire, la transition énergétique.

Faire des propositions concrètes

Le dialogue s'engage entre des experts au discours parfois un peu théorique et les citoyens qui expriment souvent des préoccupations plus quotidiennes.

Moi perso, j'ai froid chez moi et tous mes voisins c'est pareil, on se les gèle ! Mais on ne résout aucun problème écologique parce qu'on a tous investi dans des chauffages d'appoint. Parce qu'on ne peut pas vivre dans des températures pareilles. Ce n'est pas possible, ce n'est pas gérable !

Les citoyens devront faire des propositions concrètes que le président de la communauté de commune, le maire communiste de Montreuil Patrice Bessac, s'est engagé à soumettre au vote du conseil de territoire. Avec le risque que certaines de ces propositions soient rejetées, admet-il, comme ce fût le cas pour la Convention nationale. Marie-Claire Eustache, architecte urbaniste et membre de la Commission Nationale du Débat Public (CNDP), co-garante de l'indépendance des travaux avec quatre autres personnalités, mesure elle aussi ce risque.

L'important c'est qu'il y ait des explications. Si on ne peut pas mettre en œuvre, que ce soit très clairement exprimé. Que chaque citoyen sache qu'il n'a pas forcément travaillé pour rien mais que c'est quelque chose qui peut se mettre en place de manière décalée, ou qui peut être porté à d'autres niveaux aussi pour que des propositions concrètes soient mises en œuvre.

Si aucun des citoyens que nous avons interrogés ce jour-là n'avait encore d'idée précise des propositions qu'il voulait porter. Maryem, elle, se prend au jeu et espère que les élus suivront.

Est-ce qu'ils vont prendre en compte tout ce qu'on est en train de faire ? C'est vrai que j'ai un peu du mal avec les politiciens… Entre ce qu'ils disent et ce qu'ils font, il y a une grosse différence. J'espère que, cette fois-ci, ils prendront en compte ces débats. Les premières personnes qu'on doit écouter, c'est les citoyens !

En attendant, la troisième session de travail pour cette convention, c'est le weekend qui vient les 20 et 21 novembre.