Franck Drevet avec Rango dans les rues de Lyon
Franck Drevet avec Rango dans les rues de Lyon ©Radio France - Lionel Thompson
Franck Drevet avec Rango dans les rues de Lyon ©Radio France - Lionel Thompson
Franck Drevet avec Rango dans les rues de Lyon ©Radio France - Lionel Thompson
Publicité

C'est un petit boîtier qui change la vie des aveugles ou des malvoyants : Rango, un système de détection d'obstacles inventé par une jeune entreprise lyonnaise qui rend la canne blanche intelligente.

Franck Drevet est presque complètement aveugle depuis 16 ans. C'était un des premiers utilisateurs de ce petit boîtier qui se fixe tout simplement sur sa canne blanche. Nous l'accompagnons dans les rues du 7ème arrondissement de Lyon avec Hugues de Chaumont, qui a fondé avec un ami d'enfance l'entreprise GoSense et commercialise depuis un an ce dispositif.

Sitôt dans la rue, Franck Drevet active son boîtier et commence à progresser. On croise un enfant, Franck le repère grâce à un petit bip, à droite, puis à gauche, dans ses oreillettes. Rango lui indique ensuite qu'il s'approche du bord d'un trottoir.

Publicité

"J'ai eu un bip et plus je m'approche de l'obstacle, plus le bip s'accélère : tac... tac... tac, tac, tac. Et en plus, il monte en fréquence."

La particularité de Rango, c'est que cette alerte sonore est en trois dimensions, nous précise Hugues de Chaumont : l'utilisateur va localiser l'obstacle dans son environnement grâce au son.

"Si le son est en face, à gauche ou à droite, c'est là où se trouve l'obstacle donc il contourne le son, il a contourné l'obstacle. C'est vraiment un jeu d'enfant !"

Ces petits bips indiquent les obstacles jusqu'à 2,50 mètres devant la canne, même ceux en hauteur comme les boîtes aux lettres ou les hayons de camions. Ils sont devenus les yeux de Franck dans la rue. Le boîtier, muni de capteurs ultrasons, connecté au téléphone portable par Bluetooth, transmet les informations via des oreillettes spéciales qui n'empêchent pas d'entendre en même temps les bruits ambiants. Un vrai soulagement pour Franck qui auparavant craignait les sorties, comme beaucoup de malvoyants.

"On a la peur de l'obstacle, la peur du danger, de se faire mal, de tomber, parce qu'en fait, on ne sait pas où on va, on ne sait pas ce qu'il y a devant soi, à côté de soi, au-dessus. Cette trouille, c'est pénible... Et puis cela oblige aussi à se concentrer deux fois plus qu'à l'habitude, pour marcher correctement et pouvoir sortir sans trop avoir peur."

Plus de 400 personnes utilisent déjà ce dispositif médical fabriqué en France dont le coût, 2000 euros, peut-être pris en charge aux trois quarts par les Maisons départementales des personnes handicapées, en attendant un possible remboursement par la Sécurité sociale.

Ouvrir le champ des possibles

Le potentiel de diffusion reste vaste puisqu'il y a en France plus de 200 000 aveugles et 2 millions de malvoyants. Jusque-là, les retours des premiers utilisateurs sont très bons, affirme Hugues de Chaumont.

"On a des utilisateurs qui nous disent que Rango est un antidépresseur. Ce sont des gens qui ne pouvaient plus sortir de chez eux. Rango va permettre de libérer un peu ces personnes, les soulager, leur permettre de sortir d'abord dans leur environnement connu et ensuite, petit à petit, le champ des possibles s'ouvre, elles vont aller dans des endroits qu'elles ne connaissaient même pas."

Rango est connecté aux horaires de passages des transports en communs, en France et dans le monde entier, et doté de fonctions GPS qui indiquent la rue et le numéro dans laquelle la personne se trouve. Les deux jeunes créateurs de GoSense n'entendent pas pour autant s'arrêter là et imaginent déjà de nouveaux développements.

"On travaille en ce moment sur des mises à jour qui vont permettre d'allonger la distance d'anticipation des obstacles et de toujours améliorer la détection et le tri des informations pour limiter les retours à l'utilisateur."

Il ne s'agit pas, en effet, de saturer les utilisateurs d'informations superflues mais de se concentrer sur celles qui facilitent véritablement sa progression dans un environnement truffé de dangers potentiels qui leur demande une grande concentration.