Les distributeurs de Marguerite & Cie, pour les collectivités et les entreprises ©Radio France - Lionel Thompson
Les distributeurs de Marguerite & Cie, pour les collectivités et les entreprises ©Radio France - Lionel Thompson
Les distributeurs de Marguerite & Cie, pour les collectivités et les entreprises ©Radio France - Lionel Thompson
Publicité
Résumé

La précarité menstruelle, l'accès à des protections hygiéniques respectueuses de la santé et de l'environnement, ce n'est plus tabou. L'entreprise bretonne Marguerite et Cie veut mettre des protections bio à portée de toutes les femmes.

En savoir plus

Gaëlle Le Noane nous fait visiter le siège de la petite entreprise qu'elle a fondé, dans une jolie maison avec vue sur le port de Lesconil. Elle nous montre avec fierté les distributeurs de protections hygiéniques et la médaille reçue au concours Lépine.

"Je crois que c'est la première fois qu'on parlait de règles au concours Lépine !"

Publicité

Ce qui lui a permis de décrocher cette récompense, c'est le système de recharge de ses distributeurs, en cours de brevetage.

"Les cartouches de recharge en carton se glissent dans le boîtier de distribution, comme ça il n'y a pas à manipuler les produits, on ne les insère pas un par un, ce qui serait une galère sans nom !"

Les recharges sont conditionnées par des personnes en situation de handicap dans des Etablissements et Services d'Aide par le Travail (ESAT) ou des entreprises adaptées de l'Association des paralysés de France.

Après avoir d'abord installé des distributeurs dans des établissements scolaires, des universités ou des mairies, Marguerite et Cie propose depuis septembre aux entreprises un boîtier plus petit, au design ovale reconnaissable. Car en entreprise aussi ces distributeurs peuvent être utiles.

"Quand on arrive dans une entreprise, c'est comme si les règles n'existaient pas ! C'est un sujet dont on ne parle pas. Si on n'a pas de tampon, pas de serviette, on demande ça à une collègue, comme si on se passait un sachet de coke. C'est complètement dingue ! C'est un phénomène naturel, même si on travaille on reste une femme, on a nos règles tous les mois."

Etre aussi accessible que le papier toilette

En entreprise comme dans les établissements scolaires ou les collectivités, ces distributeurs proposent des protections bio. Car tout est né de la prise de conscience par Gaëlle Le Noane de la nocivité de certains produits quand elle a découvert en 2017 des études qui décrivaient la composition des tampons et serviettes classiques.

"Ca m'a vraiment fichu une claque ! Je suis allée dans les toilettes, j'ai pris la marque que j'utilisais depuis l'adolescence, je les ai mis à la poubelle en râlant. Puis je me suis dis : ben oui mais maintenant, je fais quoi ?"

Gaëlle Le Noane découvre alors qu'il existe des produits plus respectueux de la santé et de l'environnement. Mais elle réalise aussi qu'ils ne sont pas accessibles à tous, chers et proposés le plus souvent en magasins bio ou spécialisés.

"J'ai commencé à me dire qu'il fallait qu'ils soient plus accessibles et même gratuits."

Gaëlle Le Noane a donc lâché son ancien métier d'orthophoniste pour fonder Marguerite & Cie avec l'idée de rendre la mise à disposition gratuite de protections hygiéniques de qualité aussi naturelle que celle du papier toilette.

"Jusque dans les années 70, il n'y avait pas toujours du papier dans les toilettes publiques. On ne s'en rappelle pas, maintenant c'est devenu complètement un usage. Donc l'idée, c'est que ce soit aussi simple qu'un distributeur de papier toilettes, en fait. Il y a un distributeur mural et du consommable qu'on change quand il n'y en a plus. Les distributeurs de tampons et de serviettes seront aussi des usages, j'espère dans pas longtemps."

3000 distributeurs Marguerite & Cie ont déjà été installés, en France ou à l'étranger, payés par les collectivités ou les entreprises à raison d'un à deux euros par femme bénéficiaire et par mois, Près d'un million de femmes peuvent y accéder.

L'entreprise compte développer un réseau de distribution des recharges en France grâce au maillage territorial des centres de travail pour personnes handicapées.