Sylvain, Les paysagiste à  vélo à Strasbourg
Sylvain, Les paysagiste à  vélo à Strasbourg ©Radio France - Lionel Thompson
Sylvain, Les paysagiste à vélo à Strasbourg ©Radio France - Lionel Thompson
Sylvain, Les paysagiste à vélo à Strasbourg ©Radio France - Lionel Thompson
Publicité

"Les paysagistes à vélo", c'est une façon différente de pratiquer ce métier, initiée à Strasbourg par un paysagiste qui propose à ses clients de participer aux travaux dans leur jardin.

Sylvain, 42 ans, exerçait jusqu'en 2020 comme paysagiste dans un bureau d'études. Mais il en a eu assez d'enchainer les devis pour des clients fortunés et a voulu changer sa façon de travailler. Il a donc lancé son entreprise, toujours paysagiste, mais à vélo et ça change tout, dit-il.

Je trouvais qu'il y avait une cohérence entre le métier de paysagiste, le travail des plantes, et le faire en vélo. 

Publicité

J'avais envie aussi de me rapprocher de ma clientèle, de devenir un artisan kilomètre zéro. En vélo j'ai dû réduire mon champ d'action et je me rapproche de mes clients.

Il s'est équipé d'un vélo électrique avec une remorque dans laquelle il transporte tous les outils dont il a besoin pour sa journée de travail. 

Faire par soi-même

Ce matin-là, nous l'accompagnons en vélo chez des clients, un couple qui a une maison dans la banlieue de Strasbourg avec un petit jardin, mois de 100 m2, qu'ils ont voulu rendre plus agréable.

Ce qui nous a plu avec Sylvain c'est qu'il venait à vélo et nous on est des cyclistes à 200%, on n'utilise pas de voiture, donc on s'est dit bingo, c'est ce qu'il nous faut : un jardinier qui vient à vélo ! L'idée aussi c'était de se former, c'est ce qui nous a plu. Il nous a expliqué beaucoup de choses et on a fait beaucoup de choses par nous-mêmes.

Sylvain aprécie lui aussi ce rapport, plus participatif, avec ses nouvaux clients. "Je continue à faire de la conception mais je fais la réalisation des travaux et je propose le chantier participatif, c'est à dire que les gens font avec moi, ce qui leur permet de s'impliquer dans l'aménagement de leur jardin. Ils économisent un peu sur le budget total et ça leur permet un premier rapport avec leur jardin, savoir quand tailler les plantes, quand elles vont pousser, à quelle époque elles vont fleurir..." Ce paysagiste à vélo aimerait si possible qu'à l'avenir d'autres paysagistes le rejoignent dans l'entreprise et que d'autres activités à vélo se développent à Strasbourg. Quand à ce qu'il aimerait changer dans nos villes de façon plus générale :

J'aimerais qu'on arrive à faire que la plante soit beaucoup plus présente dans nos espaces. Plutôt que de lutter contre la nature, travailler avec elle main dans la main, je pense qu'on pourrait faire de belles choses.