Ibrahima Camara et Suzanne Pellier
Ibrahima Camara et Suzanne Pellier ©Radio France - Lionel Thompson
Ibrahima Camara et Suzanne Pellier ©Radio France - Lionel Thompson
Ibrahima Camara et Suzanne Pellier ©Radio France - Lionel Thompson
Publicité

Se loger est souvent une galère pour les étudiants, notamment étrangers. Certaines personnes âgées ont besoin d'une présence à domicile. A l'université d'Orsay, en banlieue parisienne, l'association Héberjeunes permet à des étudiants de loger chez des personnes âgées.

Cela fait bientôt 4 ans qu'Ibrahima Camara, étudiant en Economie et Droit, originaire de Guinée Konakry, vit à Saint-Rémy-lès-Chevreuse, chez Suzanne Pellier, 99 ans. Avant de découvrir Héberjeunes et de poser ses valises dans cette coquette maison, il a beaucoup galéré lors de ses premiers mois en France. Trouver un logement est souvent un parcours du combattant pour les étudiants, surtout pour les étudiants étrangers. Sans Suzanne, explique Ibrahima, il n'aurait peut-être pas pu poursuivre ses études.

Je suis venu ici, je n'avais absolument rien. Absolument rien ! Dès que suis allé à Héberjeunes, ils m'ont proposé ça, j'ai dit oui, pourquoi pas ? Je suis venu à Saint-Rémy-lès-Chevreuse et voilà... C'est ma "sauveuse", ma super-woman ou super-girl, je ne sais pas comment dire. Quand je me marierai, si j'ai une fille, elle s'appellera Suzanne !

Publicité

Pour Suzanne, cette présence lui permet de rester dans sa maison, où elle ne pourrait plus vivre seule, surtout la nuit.

Mon fils voulait absolument quelqu'un pour que je ne sois pas seule la nuit. C'est comme ça qu'on est arrivé à avoir Ibrahima. Ca me rassure. Je ne me vois plus rester toute seule ici.

Ibrahima nous explique que Suzanne a déjà fait des chutes depuis qu'il vit chez elle. Une fois, elle est tombée dans la nuit. Il est venu, son visage saignait énormément. Il a pu la secourir rapidement et appeler les pompiers et son fils.

Pouvoir sortir, une joie !

D'autres personnes interviennent en journée auprès de Suzanne pour la toilette, les soins, les courses et le ménage. Ibrahima, lui, rend d'autres petits services.

Souvent, en été, on sort. On va faire un petit tour dans Saint-Rémy, on passe voir tous les voisins. On rigole tous ensemble, on discute. Ca lui fait très plaisir. Depuis que je suis là, elle a beaucoup plus de fréquentations.

Suzanne Pellier acquiesce : "c'est énorme parce que je suis à la maison tout le temps, sans bouger, dans mon fauteuil. Alors quand je peux sortir, c'est une joie !"

Les étudiants logés grâce à Héberjeunes versent en principe un loyer modeste. Ils s'inscrivent à l'association, puis celle-ci trouve l'hébergeur qui convient le mieux, aide pour les formalités et assure un suivi. Ibrahima, lui, ne paie plus de loyer. Suzanne profite avant tout de ses échanges avec lui.

Tous les jours, on regarde le journal ensemble. Et puis je la couche, je l'installe dans son lit médicalisé, et nous discutons de religion, de tout. Elle est vraiment curieuse et veut apprendre des choses.

Suzanne Pellier : Il est musulman, je suis catholique. Il me parle du Coran et moi je lui parle de la Bible. On a des échanges très intéressants. Dans ce monde qui est tellement égoïste, c'est la moindre des choses d'aider ces jeunes gens.

Héberjeunes cherche constamment des personnes pour héberger des étudiants en logement intergénérationnel. Si vous habitez au Sud de la région parisienne, proche des transports, et êtes intéressés, vous pouvez vous renseigner sur le site de l'association.