Anthony Courtois, cofondateur de Polymaris, avec quelques échantillons de Biosealite, le plastique biodégradable produit par une bactérie marine
Anthony Courtois, cofondateur de Polymaris, avec quelques échantillons de Biosealite, le plastique biodégradable produit par une bactérie marine
Anthony Courtois, cofondateur de Polymaris, avec quelques échantillons de Biosealite, le plastique biodégradable produit par une bactérie marine
Publicité
Résumé

Après le plastique à base de lait, dont nous avons parlé dans une précédente chronique, voici une entreprise Bretonne, Polymaris, qui propose une autre alternative au plastique issu du pétrole : un polymère fabriqué par une bactérie marine.

En savoir plus

La mer est partout en Bretagne et il paraît naturel d'essayer de valoriser ses ressources. Polymaris, fondé par deux chercheurs de l'Ifremer en 2008 et installé à Brest (avec évidemment une magnifique vue sur la mer en sortie de rade !) travaille sur les propriétés des micro-organismes marins. Anthony Courtois, l'un des cofondateurs, nous guide jusqu'au trésor du labo, "dans la seule pièce fermée à clé ici", nous précise-t-il. Dans cette petite pièce résonne le bruit des surgélateurs. Le premier contient la collection dite primaire "à laquelle on ne touche jamais", explique Anthony Courtois. Dans un autre surgélateur, se trouve un doublon exact de cette collection et les banques de travail qui vont permettre de "travailler" les micro-organismes.

"Vous avez un micro organisme pur, dans chacun des petits cryotubes ici. En fait il y en a des millions mais d'un seul type dans chaque tube."

Publicité

Un millier de types de bactéries différentes prélevées en mer dont une a été sélectionnée pour sa faculté à produire un polymère comparable au plastique, quand elle est placée sous certaines conditions. En changeant ses conditions de culture, la température, l'oxygénation, par exemple, elle va se retrouver dans des conditions défavorables.

"Ces conditions défavorables vont l'amener à accumuler des réserves de molécules de gras. C'est du polyester, qu'elle va pouvoir réutiliser pour survivre. On obtient donc des polyester biosourcés et biodégradables."

La bactérie fait du gras et le plastique qui en résulte a été baptisé Biosealite, en référence à la Bakélite, l'une des premières matières plastiques issues du pétrole que connaissaient bien nos grands parents. Cette Biosealite est certifiée compostable selon la norme allemande TÜV.

Développer une production industrielle

La matière sort des cuves de culture sous forme cotoneuse, elle est transformée en granules qui peuvent ensuite être travaillés comme du plastique traditionnel.

"On peut l'injecter pour obtenir, par exemple, des petits bols pour l'agroalimentaire ou l'emballage alimentaire. On peut également l'utiliser pour en faire des bobines de fil pour les imprimantes 3D et en faire ensuite différents objets. Un peu tout ce que vous voulez, en fait."

Polymaris s'est équipé d'une cuve de 3800 litres, pour fournir aux industriels intéressés des échantillons de cette nouvelle matière, et souhaite bientôt démarrer une production industrielle d'une centaine de tonnes par an, dans l'Ouest de la France. Une production qui permettrait de parvenir à un prix de revient intéressant et concurrentiel par rapport au plastique traditionnel.

Polymaris voit plus loin et Anthony Courtois est persuadé qu'on peut obtenir bien d'autres molécules à partir de ces micro-organismes marin, qui sont innombrables.

"Dans une goutte d'eau de mer, il y a plus d'une centaine de millions de micro-organismes ! Notre collection, on va pouvoir la travailler et tester ses potentialités. Voire si ces bactéries sont capables de produire d'autres molécules. C'est également là tout l'avenir de Polymaris. Ce n'est pas seulement cette famille de biopolymère mais également tout le potentiel de ces micro-organismes marins pour développer de nouveaux produits et des produits industriels de demain."

Et l'avantage, c'est qu'une fois effectué le prélèvement initial de bactéries en milieu marin, on ne prélève plus rien, on cultive simplement cette ressource renouvelable.