Les bénévoles de La Cantine Savoyarde lors d'un service du soir ©Radio France - Lionel Thompson
Les bénévoles de La Cantine Savoyarde lors d'un service du soir ©Radio France - Lionel Thompson
Les bénévoles de La Cantine Savoyarde lors d'un service du soir ©Radio France - Lionel Thompson
Publicité
Résumé

C'est une institution à Chambéry : "La Cantine Savoyarde" sert depuis près de 40 ans des repas presque gratuits, matin, midi et soir, en récupérant notamment de la nourriture auprès des établissements scolaires et de l'hôpital de la ville.

En savoir plus

Il est 18h30 un soir de semaine, comme tous les soirs les bénéficiaires font la queue à l'entrée avec leur plateau avant d'aller s'asseoir pour manger dans la salle d'une centaine de places. Un bénéficiaire nous explique qu'il vient manger ici depuis 2004. Au départ, c'était pour des raisons économiques. Sa situation s'est arrangée, nous dit-il, mais il continue de venir parce qu'il n'a pas envie de manger tout seul.

"Le repas du soir est gratuit, le petit-déjeuner est gratuit, le déjeuner c'est 1,50 euro. Donc ça fait une journée de nourriture à 1,50 euros, ce qui n'est pas négligeable pour toutes les familles."

Publicité

Cette somme modique est la seule participation demandée, seulement à ceux qui peuvent payer. Ici se croisent des personnes sans domicile ou en grande précarité et aussi, depuis quelques années, de nombreux migrants de passage en Savoie, souvent en provenance d'Italie. La Cantine Savoyarde accueille tout le monde, sans avoir à justifier de sa situation, nous explique son président François Mornand.

"Il n'y a aucun critère d'admission, contrairement à d'autres lieux similaires. Il n'y a pas besoin de l'attestation d'une assistante sociale. Quelqu'un vient, on suppose qu'il a faim et il mange. Il y a, peut-être, des bénéficiaires qui ne devraient pas être là mais nous préférons n'opposer aucune règle à l'entrée à la cantine. Elle est ouverte."

Un fonctionnement bien rodé

Malek, l'un des chefs cuisiniers, nous détaille le menu du soir : gratin de chou-fleur, poulet, jambon cuit ainsi que des fruits et des yaourts. Un repas complet composé à partir de dons, en produits non transformés ou en repas déjà préparés qui sont restés en cuisine dans les restaurants des établissements scolaires ou de l'hôpital de la ville et qui, sans cela, seraient jetés alors qu'ils sont encore consommables. Un fonctionnement parfaitement hygiénique et contrôlé, à la fois de la part des donneurs et de l'association, explique François Mornand.

"Nous faisons des enlèvements en véhicules isothermes, dans des containers eux-mêmes isothermes. A l'arrivée, un des chefs cuisiniers de permanence vérifie tout ce qui arrive. Ce qui est impropre à la consommation va vers la consommation animale."

Une organisation bien rodée qui repose sur le travail de 9 salariés et de 140 bénévoles qui se relaient tout au long de la semaine. Parmi ces derniers, Pierre, qui a rejoint La Cantine après le premier confinement COVID.

"C'était le bon moyen pour donner de son temps, se rendre utile pour les autres. Je suis bénévole en cuisine et je donne un coup de main pour la mise en place de tout ce qui est règles d'hygiène et sécurité alimentaire. Notre satisfaction ? Le sourire et un merci d'un bénéficiaire, c'est déjà beaucoup pour nous."

François Mornand précise dans la foulée que le COVID leur a aussi fait perdre des volontaires. L'association a toujours besoin de bras, de bénévoles de tous âges.

"Le petit-déjeuner est terminé aux alentours de huit heures. Si on doit arriver à son travail vers huit heures et demie, on peut venir à la cantine pour servir le petit-déjeuner et arriver ensuite à l'heure à son bureau, par exemple."

La Cantine Savoyarde parvient ainsi, grâce aux dons, grâce au travail de ses salariés et bénévoles, à servir le nombre considérable d'environ 125 000 repas par an.