Nadia Comaneci aux JO d'été de Montréal en 1976
Nadia Comaneci aux JO d'été de Montréal en 1976
Nadia Comaneci aux JO d'été de Montréal en 1976 ©Getty -  Bettmann
Nadia Comaneci aux JO d'été de Montréal en 1976 ©Getty - Bettmann
Nadia Comaneci aux JO d'été de Montréal en 1976 ©Getty - Bettmann
Publicité
Résumé

Un livre paru récemment en Roumanie fait scandale, car il révèle le calvaire subi par LA légende mondiale de la gymnastique : Nadia Comaneci.

En savoir plus

Nadia Comaneci, cette toute jeune fille à la frange et queue de cheval brune, qui volait autour des barres asymétriques et se cambrait sur la poutre dans son juste-au-corps blanc. Nadia, trois médailles d'or à l'âge de 14 ans à Montréal, en 1976, avec le tout premier 10/10 de l'histoire olympique, puis deux autres à Moscou en 1980. Nadia, celle dont la souplesse et la grâce ont inspiré tant de jeunes filles. 

Ce livre écrit par l'historien Stejarel Olaru, raconte comment la jeune fille était surveillée en permanence par la Securitate, la police secrète roumaine, qui officiait sous Ceausescu. Un encadrement exceptionnel mis en place autour de Nadia, ou plutôt "Corina", son nom de code, entourée d'agents secrets, médecins, responsables de la fédération, pianiste, chorégraphe de l'équipe.

Publicité

L'auteur a pu consulter des centaines de rapports déclassifiés. Une informatrice y décrit par exemple : "la terreur et la brutalité" exercée par l'entraîneur Bela Karoly, "les filles sont frappées tellement fort qu'elles subissent des hémorragies nasales".

Dans un autre document, un médecin accuse l'entraîneur, toujours, de traiter les athlètes de "vaches" ou "d'idiotes". Sont aussi rapportés des propos de Nadia, lors d'un entretien jamais publié, elle explique avoir été affamée au point de pouvoir à peine tenir debout, avoir été fortement giflée,  après avoir pris 300 grammes.

Un informateur ayant lu des extraits de son journal intime décrit enfin les coups subis par les jeunes filles lorsqu'elles rataient un exercice. Des sportives forcées à s'entraîner même blessées et privées de soins médicaux.

La mère de Nadia a même exigé, apprend-on, de s'entretenir directement avec Ceausescu pour s'en plaindre. Mais la rencontre a été annulée au dernier moment. Le dernier compte-rendu consulté par l'auteur du livre remonte à deux jours avant la chute du dictateur.

Des violences et des humiliations subies par la jeune prodige : pourquoi le régime a-t-il laissé faire ?

Le régime en a même été complice, c'est ce que démontre cet historien. Pourtant l'entraîneur tyrannique est lui aussi étroitement surveillé, accusé par ailleurs de mener des activités hostiles au pays. Sauf que la propagande passe avant tout et les médailles de Nadia sont la meilleure publicité pour le dictateur, qui la nomme "Héroine du travail socialiste".

Quitte donc à fermer les yeux sur cette maltraitance, qui s'interrompt finalement en 1981, quand l'entraîneur quitte avec sa femme la Roumanie pour les Etats-Unis, où ses méthodes seront dénoncées plus tard par des athlètes américaines.

Mais Nadia, elle, est toujours restée discrète, même après sa fuite en 1989. Aujourd'hui âgée de 59 ans, elle a accepté de rencontrer l'auteur du livre, mais n'accordera toujours aucune interview.

Références

L'équipe

Emma Sarango
Emma Sarango
Emma Sarango
Production
Emma Sarango
Emma Sarango