John McEnroe et Andre Agassi en 2001 à Flushing Meadows à New York aux Etats-Unis ©Getty -  James Devaney
John McEnroe et Andre Agassi en 2001 à Flushing Meadows à New York aux Etats-Unis ©Getty - James Devaney
John McEnroe et Andre Agassi en 2001 à Flushing Meadows à New York aux Etats-Unis ©Getty - James Devaney
Publicité
Résumé

Ils "trustaient" les classements ATP depuis la nuit des temps. Ils étaient les rois du tennis dans les années 1980 et 1990. Mais aujourd'hui, il n'y a plus le moindre américain parmi les 30 meilleurs joueurs de tennis au monde !

En savoir plus

C'est l'histoire d'un déclin. Celui de l'empire américain.... du tennis ! Comme aurait pu le chanter Hervé Vilard : "Agassi, c'est fini. Et dire que c'était le joueur des nos premiers amours". Au pays des stars, le tennis n'est plus roi. John McEnroe, Jim Courrier, Pete Sampras, Jimmy Connors, la liste est longue. Que des grands, des numéros 1 mondiaux. Tout ça, c'est du passé. A croire que le tennis ne pèse plus grand chose aux Etats-Unis. 

Si je vous dis ça, c'est parce que le nouveau classement ATP vient de sortir, et que la raquette tombe des mains de l'Oncle Sam : aucun américain ne figure dans le Top 30. Pas un américain parmi les 30 meilleurs tennismen du monde. C'est une première depuis... toujours ! Depuis l'instauration du classement ATP en aout 1973. Même Gael Monfils est 15ème à l'ATP... 

Publicité

Pour rappel, dans les années 1980 et 1990, quatre américains squattaient régulièrement le Top 10 de l'ATP. Et que dire du Top 50 : en 1984, ils étaient 22 américains. Parmi les 50 meilleurs mondiaux, c'était un empire.

Mais la réalité, c'est que depuis un certain Andy Roddick, vainqueur de l'US Open en 2003, et de la coupe Davis avec les USA en 2007. Depuis, c'est le désert. 

Aujourd'hui, le premier américain à l'ATP est 31ème, c'est Taylor Fritz. Juste devant le  français Ugo Humbert. Le deuxième, John Isner, est 34ème, juste devant Benoît Paire, l'enfant terrible du tennis, toujours dans le Top 50 grâce au gel du classement au début de la pandémie, et qui limite la casse.

Il y a quand même un motif d'espoir pour le tennis américain 

Il a 20 ans, et il est déjà 67ème mondial. Son nom va vous dire quelque chose : il s'appelle Sebastian Korda. Oui, Korda, c'est le fils de l'ancien champion tchèque de tennis, Petr Korda. Son fils, Sebastian, est né en Floride. C'est un américain. Et il avait fait parler de lui il y a quelque mois, en posant pour la photo aux côtés du couple star du tennis, André Agassi et Steffi Graf, avec lesquels il s'était entrainé. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

À réécouter : Le tennis au cinéma
4 min

Mais manque de chance pour les Américains, l'idole de Sebastian Korda est espagnole. C'est Rafael Nadal. Tellement fan, qu'il a même appelé son chat "Rafa".

 Bon, heureusement pour le tennis américain, il peut compter sur... les filles ! Eh oui, les américaines, elles,sont cinq dans le Top 30 de la WTA, portées par Sofia Kenin, 5e mondiale, et bien sûr, la star, Serena Williams, a la  8e place mondiale.

Références

L'équipe

Xavier Monferran
Production